• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 12 octobre 2011

Archive journalière du 12 oct 2011

Semaine Fernando Pessoa / l’Anagnoste / Eric Bonnargent

Pessoa, l’intranquille (collectif)
Découvrir Pessoa

À l’occasion de la sortie d’une nouvelle édition revue et corrigée du Livre de l’intranquillité, les éditions Christian Bourgois proposent en format poche un recueil d’articles inédits signés par quelques-uns des plus grands spécialistes du poète portugais : Françoise Laye, la traductrice, Eduardo Lorenço, l’auteur de plusieurs ouvrages de référence sur l’écrivain aux multiples identités, Patrick Quillier, le responsable de l’édition des œuvres complètes dans la « Bibliothèque de la Pléiade » et enfin Richard Zenith, le traducteur du Livre de l’intranquillité en anglais.
Le chef-d’œuvre de Fernando Pessoa fut, comme la plupart de ses autres textes, publié de manière posthume. Le manuscrit, retrouvé dans la fameuse malle du poète, a dû être reconstitué à partir de papiers éparses sur lesquels les chercheurs continuent de travailler, ce qui explique la longue histoire éditoriale de ce livre. D’abord publié en deux tomes en 1988 et 1992, le Livre de l’intranquillité en est aujourd’hui à sa troisième édition. Cette malle, dans laquelle de nouveaux livres sont encore découverts et reconstitués, a été joliment appelée par Antonio Tabucchi, la « malle plein de gens ». Fernando Pessoa signait en effet ses textes de multiples noms que l’on qualifie non pas de pseudonymes, mais d’hétéronymes du fait qu’ils expriment tous des facettes de la personnalité « extrêmement complexe, rappelle Françoise Laye, voire paradoxale de Fernando Pessoa «lui-même» ». Bernardo Soares, l’auteur attitré du Livre de l’intranquillité, est, quant à lui, un semi-hétéronyme ; c’est-à-dire, toujours selon Françoise Laye, « un demi-frère lucide et déchiré » qui explore la désolation de l’existence, les aspects les plus noirs de Pessoa lui-même dont la vie a été la mise en pratique d’une « théorie de l’échec ». Les méditations de l’aide-comptable de la rue des Douradores le conduisent à aborder une multitude de thèmes, mais tous tournent autour de son sentiment d’étrangeté face à lui-même et au monde.
La quête de l’identité est l’obsession fondamentale de Bernardo Soares, comme de son créateur. Lire le Livre de l’intranquillité, c’est, selon Françoise Laye, opérer « une descente périlleuse, métaphysique, jusqu’au fond de la conscience ». Mais quand on cherche à se connaître, on est forcément déçu car on ne trouve rien. La personne n’est personne, tel est le constat que dresse Fernando Pessoa dont le nom en portugais peut justement être traduit par… « personne ». Je n’est pas un autre, il est plein d’autres. Le moi n’est pas unifié, il est une constellation chaotique. C’est ce constat qui est d’ailleurs à l’origine de la multiplication des hétéronymes, multiplication qui, selon Richard Zenith, représente « l’atomisation implacable de l’être, la négation totale d’un moi un et cohérent ». L’impossibilité d’être soi est à l’origine du malaise presque ontologique, de cette intranquillité qui caractérise Bernardo Soares auquel Pessoa fait dire :
« Je ne me plains pas que la vie soit horrible. Je me plains que la mienne le soit. [Mes souffrance] sont celles d’un emprisonné de la vie, d’un être à part. »
Enfermé dans ce moi qui n’est rien, Bernardo Soares ne peut que se sentir étranger aux autres et au monde. « Entre la vie et moi, une vitre », se plaint-il. Vivre, c’est toujours faire semblant, semblant d’être bien là, d’être soi alors que l’on n’est ni là ni ailleurs, ni soi-même ni un autre. Comme le remarque à juste titre Patrick Quillier, l’intranquillité conduit celui qui l’éprouve à se situer dans « l’entre-existence ». Dans le Livre de l’intranquillité, Fernando Pessoa montre mieux que dans ses autres livres à quel point, écrit Eduardo Lourenço, « l’Être est une fiction et que nous-mêmes sommes, tout au plus, la fiction de cette fiction ».
Parvenant à une paradoxale synthèse fragmentaire du Livre de l’intranquillité, Pessoa, l’intranquille est à la fois une introduction idéale à quiconque s’apprête à lire cette « odyssée d’un esprit sans repos » (Patrick Quillier) et un commentaire dont la pertinence rappellera aux connaisseurs de l’œuvre du poète lisboète à quel point celle-ci est riche et inépuisable.
Eric Bonnargent
Semaine Pessoa / 10 octobre 2011
Dans la Volonté de puissance, Nietzsche écrivait : « Nous sommes une multiplicité qui s’est construit une unité imaginaire ». La cohérence de notre être, de notre personnalité, est artificielle. En réalité, nous sommes remplis de contradictions que nous cherchons à étouffer afin de nous conformer aux exigences de la vie sociale.
Fernando Pessoa (1888-1935), dont le nom, en portugais, signifie « personne » a, tout au long de sa vie, cherché à assumer la diversité de ses aspirations, de ses désirs, de ses goûts, etc. en se créant de nombreux hétéronymes ayant pour fonction d’exprimer les différentes facettes de sa personnalité. Cette semaine lui est consacrée.

A lire sur l’Anagnoste
Sur le Silence qui parle un fragment-rhizome du Livre de l’intranquillité
fernandopessoaalmadanegreiros.jpg




boumboumjames |
femmeavenirhomme |
Toute une vie... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Warhol l'avait dit...un qua...
| juliette66
| les bonnes "occaz" de Murielle