• Accueil
  • > Archives pour juillet 2012

Archive mensuelle de juillet 2012

Level Five / Chris Marker

Image de prévisualisation YouTube
Chris Marker
Level Five / 1996
Voir aussi La Jetée

La secte du Phénix / Jorge luis Borges

Ceux qui écrivent que la secte du Phénix eut son origine à Héliopolis et qui la font dériver de la restauration religieuse qui succéda à la mort du réformateur Aménophis IV, allèguent des textes d’Hérodote, de Tacite et des monuments égyptiens. Mais ils ignorent, ou veulent ignorer, que la dénomination de Phénix n’est guère antérieure à Hrabano Mauro, et que les sources les plus anciennes (disons les Saturnales ou Flavius Josèphe) parlent seulement des Gens de la Coutume ou des Gens du Secret. Grégorovius avait déjà observé, dans les petits couvents de Ferrare, que la mention du Phénix était rarissime dans le langage oral. À Genève, j’ai conversé avec des artisans, qui ne me comprirent pas quand je leur demandai s’ils étaient des hommes du Phénix ; mais ils admirent sur-le-champ qu’ils étaient des hommes du Secret. Sauf erreur de ma part, il en est de même pour les bouddhistes : le nom sous lequel le monde les désigne n’est pas celui qu’ils prononcent.
Miklosich, dans une page trop fameuse, a comparé les sectaires du Phénix aux gitans. Au Chili et en Hongrie, il y a des gitans et aussi des sectaires : hormis cette sorte d’ubiquité, les uns et les autres ont très peu de chose en commun. Les gitans sont maquignons, chaudronniers, forgerons, ou diseurs de bonne aventure ; les sectaires exercent avec bonheur les professions libérales. Les gitans configurent un type physique et parlent, ou parlaient, une langue secrète ; les sectaires se confondent avec les autres hommes, comme le prouve le fait qu’ils n’ont pas été persécutés. Les gitans sont pittoresques et inspirent les mauvais poètes ; les romances, les chromos et les boleros omettent les sectaires… Martin Buber déclare que les juifs sont essentiellement pathétiques ; tous les sectaires ne le sont pas, et quelques-uns abominent le pathétisme ; cette vérité publique et notoire suffit à réfuter l’erreur vulgaire (absurdement soutenue par Urmann) qui voit dans le Phénix une dérivation d’Israël. Les gens raisonnent à peu près ainsi : Urmann était un homme sensible ; Urmann était juif ; Urmann fréquenta les sectaires dans la juiverie de Prague ; l’affinité que sentit Urmann prouve un fait réel. Sincèrement, je ne peux pas admettre cette opinion. Que les sectaires, dans un milieu juif, ressemblent aux juifs, cela ne prouve rien ; le fait indéniable est qu’ils ressemblent, comme le Shakespeare infini de Hazlitt, à tous les hommes. Ils sont tout pour tous, comme l’Apôtre ; naguère le docteur Juan Francisco Amaro, de Paysandú, vanta la facilité avec laquelle ils prenaient les habitudes créoles.
J’ai dit que l’histoire de la secte ne consigne pas de persécutions. C’est vrai ; mais comme il n’y a guère de groupe humain où ne figurent pas de partisans du Phénix, il est sûr également qu’il n’y a pas de persécutions ou de cruautés dont ils n’aient été les victimes ou les agents. Dans les guerres occidentales et dans les guerres lointaines d’Asie, ils ont répandu séculairement leur sang sous des drapeaux ennemis ; leur identification avec tous les pays du globe ne leur sert pas à grand-chose.
Sans un livre sacré qui les rassemble, comme les Écritures rassemblent Israël, sans un souvenir commun, sans cet autre souvenir qu’est une langue, dispersés, à la surface de la terre, différents par la couleur et les traits, une seule chose — le Secret — les unit et les unira jusqu’à la fin des temps. Un jour, outre le Secret, il y eut une légende (et peut-être un mythe cosmogonique), mais les hommes superficiels du Phénix l’ont oubliée, et ils ne conservent aujourd’hui que l’obscure tradition d’un châtiment. D’un châtiment, d’un pacte ou d’un privilège, car les versions diffèrent et laissent à peine entrevoir la sentence d’un dieu qui assure l’éternité à une race si les hommes de cette race, génération après génération, exécutent un rite. J’ai compulsé les informations des voyageurs, j’ai conversé avec patriarches et théologiens ; je peux certifier que l’accomplissement du rite est la seule pratique religieuse observée par les sectaires. Le rite constitue le Secret. Celui-ci, comme je l’ai indiqué, se transmet de génération en génération, mais l’usage veut qu’il ne soit enseigné ni par les mères à leurs enfants, ni par des prêtres ; l’initiation au mystère est l’œuvre des individus les plus bas. Un esclave, un lépreux ou un mendiant sont mystagogues. Un enfant peut également instruire un autre enfant. L’acte en soi est banal, momentané et ne réclame pas de description. Le matériel est constitué par du liège, de la cire ou de la gomme arabique. (Dans la liturgie on parle de limon ; le limon est également utilisé.) Il n’y a pas de temples consacrés spécialement à la célébration de ce culte ; mais des ruines, une cave ou un vestibule sont considérés comme des lieux propices. Le Secret est sacré, mais il n’en est pas moins un peu ridicule ; l’exercice en est furtif et même clandestin, et ses adeptes n’en parlent pas. Il n’existe pas de mots honnêtes pour le nommer, mais il est sous-entendu que tous les mots le désignent ou, plutôt, qu’ils y font inévitablement allusion ; ainsi, au cours du dialogue, j’ai dit quelque chose et les adeptes ont souri ou bien ils ont été gênés, car ils ont senti que j’avais effleuré le Secret. Dans les littératures germaniques il y a des poèmes écrits par les sectaires, dont le sujet nominal est la mer ou le crépuscule du soir ; j’entends répéter que ce sont, en quelque sorte, des symboles du Secret. Un adage apocryphe enregistré par Du Cange dans son Glossaire dit : « Orbis terrarum est speculum Ludi. » Une sorte d’horreur sacrée empêche quelques fidèles d’exécuter le rite très simple ; les autres les méprisent, mais les premiers se méprisent encore davantage. En revanche, ceux qui renoncent délibérément à la Coutume et obtiennent un commerce direct avec la divinité jouissent d’un grand crédit ; pour manifester ce commerce, ils utilisent des figures de la liturgie. Ainsi John of the Rood écrivit :

Sachent les Neuf Firmaments que le Dieu
Est délectable comme le Liège et le Limon.

J’ai mérité l’amitié de nombreux dévots du Phénix dans trois continents. Je suis persuadé que le Secret, au début, leur parut banal, pénible, vulgaire et (ce qui est encore plus étrange) incroyable. Ils ne voulaient pas admettre que leurs ancêtres se fussent rabaissés à de semblables manèges. Il est étrange que le Secret ne se soit pas perdu depuis longtemps ; malgré les vicissitudes du globe, malgré les guerres et les exodes, il arrive, terriblement, à tous les fidèles. Quelqu’un n’a pas hésité à affirmer qu’il est devenu instinctif.
Jorge Luis Borges
la Secte du Phénix / in Fictions / 1944
A lire également sur le Silence qui parle
la Bibliothèque de Babel

Image de prévisualisation YouTube
Mary Wigman
Hexentanz (la Danse de la Sorcière) / 1929

Précarité et dette infinie, se défendre / l’Interluttants (n°31) est de sortie

Au sommaire de ce 31e numéro de l’Interluttants :

• Si la précarité
• Politique du déficit et déficit de politique
- Nous avons lu le rapport de la cour des comptes
• Dette infinie
• Se défendre
• Outragé, Pôle emploi mord la poussière
• Un nouveau manuel sur les règles de l’indemnisation chômage
des intermittents est paru
• Une victoire des matermittentes
• Le management tue
• Brèves diverses

Cliquez ICI :

http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6309

… et/ou LA :

http://www.cip-idf.org/

Précarité et dette infinie, se défendre / l’Interluttants (n°31) est de sortie dans Agora interluttants

123



boumboumjames |
femmeavenirhomme |
Toute une vie... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Warhol l'avait dit...un qua...
| juliette66
| les bonnes "occaz" de Murielle