Archive pour le Tag 'schizodrame'

Lipodrame / Mécanoscope – Marco Candore / revue Chimères n°80 Squizodrame et schizo-scènes

un film de Marco Candore
avec (par ordre d’apparition) :
Vincent de Larose, Evelyne Neuvelt, Dan Tesk, Ernesto del Vargas,
Ivy Velvet, Anaïs Bé, Aude Antanse, Marco Candore (texte & voix)
réalisation & montage Marco Candore et Cherif Filali
musique Alain Engelaere
production Mécanoscope / décembre 2013

En agencement avec le numéro 80 de la revue
Chimères : « Squizodrame et schizo-scènes« 

« Il y a deux manières de voir un film, ou bien on le considère comme une boîte qui renvoie à un dedans et alors on cherche ses signifiés, et puis si l’on est encore plus pervers ou corrompu, on part en quête du signifiant, ou bien on considère ce film comme une petite machine asignifiante. Comment ça fonctionne pour vous ? Si ça ne fonctionne pas, si rien ne se passe, prenez un autre film… Cette autre vision est une vision en intensité. Il n’y a rien à expliquer, rien à comprendre, rien à interpréter. Cette manière de voir en intensité, en rapport avec le dehors, flux contre flux, machine avec machine, mise en fonctionnement avec autre chose, n’importe quoi… c’est une manière amoureuse… » / Gilles Deleuze

Trou noir, figure de l’absen-t-ce, de l’effacement, de la masse manquante et du vide. Affabulations, réminiscences ou fantasmes, délire des mondes ; machine à rêves et d’écritures, Lipodrame ne raconte pas une histoire en particulier mais plusieurs, potentielles, tout à la fois.

« J’ai connu Pepe Giuliano quand elle était à Paris, et fréquentait les Chevaliers de Notre-Dame de l’Anarchie, une confrérie ultra-secrète dont les buts étaient si obscurs que ses membres eux-mêmes ne savaient pas ce qui les réunissaient, le nom même de la société ne semblaient rien signifier. Ils ne semblaient pas vraiment avoir le sens de l’humour, enfin je n’en sais trop rien, je ne les ai jamais vus, j’en ai peut-être croisés en draguant Pepe mais par définition, je ne peux pas le savoir, la clandestinité absolue n’est-ce pas. »

Il était une fois une coïncidence qui était partie faire une promenade
avec un petit accident. /
Lewis Carroll

En guise de. Lipodrame est un court métrage de quinze minutes, tourné sans scénario. C’est aussi un film caché dans / pour un autre film à venir (plus long en métrage ; mais quid du métrage avec le numérique ? à méditer).
Cornet : à dés, pistons, acoustique, de frites. « Faire » des images sans vraiment savoir où / vers quoi elles mèneront. Intuition vague problématique en forme de : spirale ; des disques de vinyle ; des galaxies – au centre, le trou noir dévore tout et poussières et étoiles s’y précipitent  – ; tango-vertigo des lavabos et des latrines (plus ou moins étranges histoires trouées telles : un fromage suisse ou la surface lisse d’un espace-temps recomposé), gobant fluides et autres matières pour de longs et poétiques et incessants voyages de jour comme de nuit en de mystérieux tuyaux où guettent toutes sortes de minotaures et êtres aux aguets. Pavillon de l’oreille autre spirale et feuille timbrée à l’affût et tout dans le noir en case départ.
Jeu-dé, jeté-e. Donc on jette les dés, le hasard et toute la clique de l’éternel retour qui n’en finit pas de revenir ni tout-à-fait-le-même-ni-tout-à-fait-un-autre, on a des musiques, des ritournelles obsessives, des bruits de toutes sortes dans la tête, mais aussi un fantasme de silence, un désir impossible du silence impossible ; une voix viendra, elle vient toujours. Qu’est-ce que c’est au juste, cette, heu, chose ? Il n’y a pas d’histoire, seules des cartes rebattues, redistribuées, combinant des potentialités. Is That Jazz. Est-ce du cinéma. Il y a bien une caméra, des lumières, des acteurs, de la musique et du mouvement – même celui, à peine perceptible, d’une respiration, les battements de cils de deux yeux clos feignant le sommeil. Capture de micromouvements. Voler l’image.
Bande de pillards. Puis vient une voix, elle vient toujours celle-là, pour raconter, là où il n’y a rien a priori. La galerie des portraits ne propose rien mais un chemin se fait, qui surtout ne doit pas trop dire, trop remplir. Laisser du vide, du neutre – relatif. Une petite machine asignifiante. La voix donnant un semblant d’ordre, de sens, même et surtout si « tout est faux ». La fable est ténue et persistante. Mais il est possible, tout aussi bien, de raconter tout autre chose sur ces mêmes images. Pillage de visages et de corps, de mots, de jeu de citations, sans procédé ni méthode ou modèle. La voix, les mots, les noms sont venus après, au fil de la plume du montage. Puis celui-ci s’est calé sur la voix puis inversement ou le contraire. Ainsi de suite.
Il n’y a pas vraiment de personnages, juste des noms, des vitrines sans boutique. Statut du décor de théâtre / de cinéma. Derrière, la coulisse, les loges avec des tables à repasser, des tickets de caisse à se faire rembourser, des issues de secours, et la rue où passent le temps réel et le monde. Réel ? Tom Bom, Ricki Pompola, Carmen Tortillas (dite aussi Pepe Giuliano ou Dolores ou Maria ou Mariem ou Fleur-de-Lotus entre autres), Ingeborg Vermeersson : des noms-machines, des noms-rhizomes, le magasin est la vitrine, le décor, les personnages n’ont pas d’autre profondeur que la surface offerte. Machines à continuer. En creux, par défaut, par une case vide, c’est là que se découvre un ou des passages, que peut se dérouler un des rubans possibles.
Marco Candore
Lipodrame (ou Comment j’ai réalisé incertain de mes films) / 2013
Extrait de l’article publié dans Chimères n°80

Mécanoscope

meca

Visu-Lipo
chimeresbellevilloise

Lipodrame / Mécanoscope / première à la Bellevilloise, 30 novembre

un film de Marco Candore
avec Vincent de Larose, Evelyne Neuvelt, Dan Tesk, Ernesto del Vargas, Ivy Velvet, Anaïs Bé, Aude Antanse, Marco Candore (texte & voix)
réalisation & montage Marco Candore et Cherif Filali
musique Alain Engelaere
production Mécanoscope / novembre 2013

Trou noir, figure de l’absen-t-ce, de l’effacement, de la masse manquante et du vide. Affabulations, réminiscences ou fantasmes, délire des mondes ; machine à rêves et d’écritures, Lipodrame ne raconte pas une histoire en particulier mais plusieurs, potentielles, tout à la fois.

« J’ai connu Pepe Giuliano quand elle était à Paris, et fréquentait les Chevaliers de Notre-Dame de l’Anarchie, une confrérie ultra-secrète dont les buts étaient si obscurs que ses membres eux-mêmes ne savaient pas ce qui les réunissaient, le nom même de la société ne semblaient rien signifier. Ils ne semblaient pas vraiment avoir le sens de l’humour, enfin je n’en sais trop rien, je ne les ai jamais vus, j’en ai peut-être croisés en draguant Pepe mais par définition, je ne peux pas le savoir, la clandestinité absolue n’est-ce pas. »

Première : samedi 30 novembre 2013 à la Bellevilloise
en agencement avec la revue Chimères : Squizodrame et schizo-scènes

En diffusion intégrale à partir de décembre
sur les sites de Mécanoscope et Chimères
m

Contre le capital et contre les « majorités » / Introduction à la théorie et à la pratique de la schizoanalyse / Gregorio F. Baremblitt

La schizoanalyse est un vaste savoir et un travail qui s’appuie sur l’œuvre de deux auteurs, Gilles Deleuze et Félix Guattari, tous deux aujourd’hui disparus. Le premier fut considéré par beaucoup comme le plus grand philosophe du XXème siècle. « Le siècle sera deleuzien » avait dit Michel Foucault. Guattari, de son côté, s’est formé en tant que psychanalyste avec Jacques Lacan et fut un militant politique de gauche, autodidacte en économie, politique, sémiologie, éthologie, musique et littérature. L’œuvre de ces deux auteurs compte plus de quarante ouvrages, nombre d’entre eux écrits séparément et beaucoup d’autres en commun.
Le livre que l’on considère  généralement comme le plus important s’intitule  Capitalisme et schizophrénie et se compose de deux volumes l’Anti-Œdipe et Mille plateaux. La période pendant laquelle fut écrite l’ensemble de l’œuvre de ces deux auteurs s’étend de 1965 jusqu’à la fin du siècle dernier. Sans doute un des moments « phare » de leur œuvre est à mettre en lien avec les évènements de Mai 68 en France. Il est impossible de classer la schizoanalyse dans aucune des disciplines et spécialités connues. Elle naît au moment où commence à apparaître la critique du structuralisme sous des formes diverses. Malgré tout il n’est pas possible de la situer intégralement dans la post-modernité avec laquelle elle est à son tour discordante.
Pour tenter de la définir de façon précise, on peut dire qu’il s’agit d’un matérialisme immanent, néofonctionnaliste, machinique, transversaliste, en faveur des multiplicités, homéostatique et autopoïétique. Cette formulation ne dit pas tout et il est possible que pour celui qui ne connaît pas l’œuvre, cela ne dise pas grand-chose mais elle peut servir d’approche lorsqu’on a une idée de la terminologie du champ culturel actuel.
Guattari a tenté aussi de la définir en disant que la schizoanalyse est régie par un paradigme esthétique, éthique, politique, qui inclut les grandes contributions philosophiques, scientifiques, artistiques et se nourrit aussi du savoir populaire, de la mythologie et de la folie.
La texture de l’œuvre est extraordinairement hétérogène. Elle se compose de monographies académiques orthodoxes en apparence ainsi que de livres dont le style est turbulent, tourmenté, volcanique, de gradation continue. Leur érudition est incroyable mais n’est jamais un objectif en soi, elle est plutôt le résultat de la maîtrise d’innombrables auteurs et champs de connaissance, traités de manière critique et en même temps fertile sur un plan créatif dans une totale hétérodoxie et irrévérence.
Ce que les auteurs appellent l’utopie active de la schizoanalyse inclut la liste inépuisable des contributions théoriques, techniques, esthétiques et militantes d’un vaste spectre de productions, d’Orient et d’Occident, qui ont en commun une inspiration libertaire et inventive.
La schizoanalyse a eu une diffusion mondiale considérable surtout dans les dix dernières années. Les ouvrages ont été traduits dans de nombreuses langues et utilisés librement par des spécialistes et des militants et même par des profanes.
La schizoanalyse ne compte aucune organisation sociale conventionnelle, académique, professionnelle, partisane, etcetera.  Elle n’est défendue par aucun diplôme officiellement ou officieusement reconnu et ne s’approprie aucune modalité de formation ou de titre universitaire qui lui soit propre.
Les auteurs insistent sur le fait que chaque lecteur peut lire leur œuvre comme bon lui semble et prendre de celle-ci ce qui l’inspire et le rend créatif, sans aucun engagement d’affiliation ni de reconnaissance.
La schizoanalyse a comme « adversaires », comme partenaires dominants : le capital, l’Etat, les majorités, en somme tout mode et toute forme de domination, exploitation, mystification, conservation et destruction pour la destruction.
Elle s’adresse à sont tous ceux qui aspirent à la production, à l’invention, à la création au service de la liberté, de l’amour, de la justice et de la vie (au sens le plus large du mot). Mais ses destinataires devront utiliser la schizoanalyse selon la singularité la plus absolue de chacun et en tenant toujours compte des variations infinies dans lesquelles se réalise le « bien commun » comme valeur suprême.
La schizoanalyse a été adoptée par de nombreux mouvements aux singularités minoritaires  (dans un sens non statistique, ni démographique) tels que les féministes, les défenseurs des droits humains, de l’enfance, de l’adolescence, du troisième âge, des travailleurs, des émigrés, des écologistes, des exclus, des marginaux, les désinsérés, les porteurs de ce que l’on dit être « la maladie mentale » et de tant d’autres encore.
Gregorio F. Baremblitt
Contre le capital et contre les « majorités »
Introduction à la théorie et à la pratique de la schizoanalyse
Traduit de l’espagnol par Monique Zerbib pour le Silence qui parle
Merci à Anne Querrien pour la communication de ce texte.
Texte publié sur le site de Stella Maris Angel Villegas
Voir : Esquizoanalise e esquizodrama,
A crise do capitalisme planetario,
18-19-20-21 avril 2013

Et : http://gregoriobarembittbiografia.blogspot.fr/
Centro Félix Guattari
et EsquizoPolitica
Lire sur le SQP un extrait de l’Anti-Œdipe :
Introduction à la schizo-analyse / Deleuze-Guattari

Et aussi : Une introduction à la vie non-fasciste / Michel Foucault
Contre le capital et contre les « majorités » / Introduction à la théorie et à la pratique de la schizoanalyse / Gregorio F. Baremblitt dans Chimères miro




boumboumjames |
femmeavenirhomme |
Toute une vie... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Warhol l'avait dit...un qua...
| juliette66
| les bonnes "occaz" de Murielle