Archive pour le Tag 'psychanalyse'

Page 3 sur 7

Une petite fleur jaune dans l’herbe verte / Mayette Viltard / Chimères n°82 / L’Herbe

Curieusement, Freud s’est appliqué à faire savoir qu’il n’aimait pas la botanique, qu’il avait négligé cette partie obligatoire de ses études, qu’il confondait les plantes, les fleurs. À l’en croire, ce promeneur invétéré arpentait les alpages en ne regardant que les champignons, bien qu’il ait espéré le congrès le plus important avec son ami Fliess dans une magnifique forêt pleine de fougères… et de champignons, certes. D’oubli en oubli, de souvenir en souvenir, de rêve en rêve, le futur professeur mélange, déplace les mots, souvent à travers langues, associe, déchiffre. Les jeunes filles freudiennes sont florissantes, et fort œdipiennement, le rêveur n’aspire qu’à les déflorer, et même, à leur arracher une par une leurs feuilles et leurs pétales, car elles sont, à l’occasion, des fleurs d’artichaut. Il refait en rêve une monographie botanique, conjurant l’autre, la monographie malheureuse sur la coca et ses bienfaits. Livre érotique s’il en est, la Traumdeutung est un catalogue de tous les fantasmes sexuels de la turbulente Vienne de 1900.
Les souvenirs d’enfance sont incurablement œdipiens, nous disent Deleuze et Guattari dans leur Kafka, et si l’on en croit Lacan, fabriqués dans la langue où ils sont parlés, production made in France pour un souvenir africain… En quelle langue la machine Freud produit- elle ses souvenirs et ses rêves ?… La Traumdeutung témoigne d’un mélange permanent, bouillonnant, translangue, anglais-français-allemand-yiddish-grec-latin. Aux prises avec une efflorescence des signes, qui se mettent à pulluler sans qu’il réussisse à trouver comment les discipliner, Freud, cependant, n’est pas comme Attila. Dans l’herbe verte des prairies alpestres, une petite fleur relève la tête, elle est jaune, elle a le privilège d’avoir des tas de noms, du moins pour Freud qui aime à confondre. Le nom qu’il préfère, c’est le pissenlit.
« Je vois une prairie carrée, un peu en pente, verte et herbue; dans ce vert, beaucoup de fleurs jaunes, de toute évidence du pissenlit commun. En haut de la prairie, une maison paysanne ; debout devant la porte, deux femmes bavardent avec animation : la paysanne coiffée d’un foulard et une nourrice. Sur la prairie jouent trois enfants ; je suis l’un d’eux (âgé de deux à trois ans), les deux autres sont mon cousin, qui a un an de plus que moi et sa sœur, ma cousine, qui a presque exactement mon âge. Nous cueillons les fleurs jaunes et tenons chacun à la main un certain nombre de fleurs déjà cueillies. C’est la petite fille qui a le plus joli bouquet ; mais nous, les garçons, nous lui tombons dessus comme d’un commun accord et lui arrachons ses fleurs. Toute en pleurs, elle remonte la prairie en courant et, pour la consoler, la paysanne lui donne un gros morceau de pain noir. A peine avons-nous vu cela que nous jetons nos fleurs et, nous précipitant nous aussi vers la maison, nous réclamons du pain à notre tour. Nous en obtenons également ; la paysanne coupe la miche avec un grand couteau. Le goût de ce pain, dans mon souvenir, est absolument délicieux, et là-dessus la scène prend fin.[Les souvenirs-écrans] »
Avec le pissenlit, Freud a fait une grande découverte. Il n’y a pas de souvenirs d’enfance à faire émerger, à tirer de l’oubli, on les produit, à la manière des haikus de Marie Jardin. Mais peut-être me direz- vous que dans le cas du poème de Marie Jardin, il y a bien un poème d’origine. Croyez-vous ? C’est un petit trucage qu’elle nous propose, le poème « entier » et chacun des haikus sont complètement hétérogènes, il n’y a pas plus de nécessité à ce que le poème soit source des haikus que de croire que les haikus permettraient de recomposer le poème, il n’y a pas de lien entre eux, le grand manitou est la machinerie à glissières et à poulies qu’elle manipule sous notre nez, pour nous tromper ! C’est elle qui cannibalise un texte et nous exhibe quelques chiffons attrapés par sa pique.
Les blocs d’enfance ne sont pas des morceaux d’enfance, on les rencontre, on s’y heurte dans telle ou telle galaxie de signes à la dérive, qui tout d’un coup nous enveloppent, nous plongent dans le doute, l’incertitude, serait-ce mon enfance, cette nébuleuse de sens d’où l’étincelle du non-sens crée un souvenir-événement… Freud se débat, ça foisonne, Löwenzahn, ah, du Pisse-en-lit, oui, mais le jaune de la robe de la riche jeune fille est plus foncé, couleur giroflée, Goldlack, ah, couleur Manque d’or pour le jeune et pauvre Freud…
Mayette Viltard
Une petite fleur jaune dans l’herbe verte / 2014
Extrait du texte publié dans Chimères n°82 / L’Herbe

Poème Nuvole de Marie Jardin à télécharger fichier pdf nuvole

ballon

Pour Jean Oury / Paul Machto

Ainsi le voilà parti !
On devait bien s’y attendre, cela allait arriver un jour ou l’autre, avec les quelques alertes au cours des dernières années. Il s’est éteint la nuit dernière à la Borde.
Nous laissant dans la tristesse de la perte.
Jean Oury, ce grand Monsieur aura marqué la psychiatrie française depuis plus de 60 ans, et nous laisse une oeuvre immense et un modèle de praticien, de penseur infatigable.
Lui qui se présentait toujours comme psychiatre, rappelait la parole de François Tosquelles, « La psychothérapie institutionnelle n’existe pas, c’est l’analyse institutionnelle qu’il faut sans cesse mettre au travail », nous rappelant toujours l’importance DU Politique.
Dans le droit fil de l’enseignement de Tosquelles qu’il avait connu comme interne en 1947 à Saint Alban, cet asile au fin fond de la Lozère, au bord de la Limagnole, il rappelait qu’en psychiatrie, il fallait marcher sur deux jambes, la psychanalyse et le marxisme.
De Saint Alban, cet hôpital où pendant les années de l’occupation et de la résistance, François Tosquelles avait jeté les bases de la pratique institutionnelle, rejoint par Lucien Bonnafé, puis Roger Gentis, il était parti après son internat vers le Loir et Cher, à la Clinique de Saumery. Il fallait l’entendre raconter comment il en est parti, en opposition avec le directeur, emmenant les patients dont il s’occupait, pour trouver un petit château et ainsi il a fondé la Clinique de La Borde.
Ce lieu thérapeutique, que Félix Guattari a rejoint en 1955, allait devenir une référence institutionnelle pour toutes celles et ceux qui ne pouvaient concevoir l’accueil de la folie que dans un cadre humain et respectueux, un lieu où la parole et la rencontre sont l’essentiel du soin aux malades mentaux. Mais aussi où les initiatives, autour de la création sont tout autant importantes que les médicaments et la psychothérapie référencée à la psychanalyse. Un lieu où les patients sont engagés dans la vie institutionnelle et le partage des tâches. Bien sûr ce lieu, comme tout lieu institutionnel, fut objet de critiques, de débats. Il n’en reste pas moins un lieu de résistance à l’entreprise normative des soins en psychiatrie.
Jean Oury déployait son enseignement, ou plutôt devrai-je dire sa parole, son discours dans de multiples rencontres, journées, colloques, mais aussi dans le cadre de son séminaire à Sainte Anne, qu’il a tenu tous les mercredis jusqu’à tout récemment encore.
Il savait ce que l’engagement voulait dire. Il nous l’a montré. Au cours des dernières années, il avait apporté son soutien au Collectif des 39, indigné, révolté après le discours indigne de Nicolas Sarkozy en décembre 2008, qui désignait les schizophrènes comme potentiellement criminels. Il était intervenu dès le premier meeting des 39 à Montreuil en février 2009, soutenant toutes les initiatives du collectif, prenant à nouveau la parole à la tribune lors des Assises citoyennes pour la psychiatrie et le médico- social organisées en juin 2013 à Villejuif par les 39 et les C.E.M.E.A ( Centre d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active).
Il m’a appris la simplicité de la parole, donnant le sentiment rare à son auditoire que nous pouvions être intelligent en l’écoutant ! Chose rare et essentielle. Il maniait si bien toutes les références philosophiques, psychiatriques et psychanalytiques, que c’était un vrai régal de l’écouter. Une belle et grande érudition énoncée, si tranquillement !
L’écouter donnait envie d’élargir le champ de la connaissance, pas du Savoir. LE Savoir il le laissait à d’autres qui comme la confiture aiment bien en étaler des tartines …
La transmission avec lui coulait de source, et même s’il s’emportait parfois contre les technocrates certificateurs c’était toujours avec humour et malice.
Oui il avait un côté malicieux que j’aimais beaucoup. Sa façon de dire « avec toutes leurs conneries… » !
Et sa grande humanité :
« Mais un sourire d’un schizophrène, comment vous l’évaluez ? »

Il est triste et révoltant de voir combien la gauche au pouvoir, et notamment le Ministère de la Santé n’a pas su « profiter » de cette grande figure de l’histoire de la psychiatrie française, l’écouter parler de son expérience, tenir compte de ses avis pour mettre en œuvre des réformes de l’outil de soins si délabré et dramatiquement dévoyé par une dérive des pratiques et une déshumanisation.
Si je devais garder une seule chose de ce qu’il m’a transmis, qui me revient régulièrement dans ma pratique, lors des séances, et que j’aime transmettre aux patients, c’est la découverte du poème d’Antonio Machado :
« No hay camino, hay caminar ! » Le chemin se fait en marchant !
Il va bien sûr nous manquer, mais il nous laisse tant à lire et relire, travailler et penser, qu’il demeure avec nous.
Je suis heureux et riche de l’avoir rencontré.
Il fait partie des rencontres qui comptent dans une vie, après Bonnafé, Tosquelles, Castel et quelques autres …
La rencontre, un autre de ses mots essentiels, avec le sourire.
Paul Machto
Publié sur Mediapart le 18 mai 2014

http://www.mediapart.fr/content/un-monde-sans-fou-entretien-avec-jean-oury
Le film : La Borde, ou le droit à la folie d’Igor Barrère, émission de février 1977 : http://www.ina.fr/ video/CPA77052152
Quelques rapides références bibliographiques :
Un monde de fous / Patrick Coupechoux
À quelle heure passe le train /  Jean Oury – Marie Depussé
Il, donc / Jean Oury – entretiens avec Pierre Babin
et bien sûr ses séminaires de Sainte Anne, entre autres « le Collectif », « Création et schizophrénie », « L’aliénation », « La décision »

Télécharger le texte en pdf : fichier pdf 2014-05-16 Mdprt PM Pour Jean Oury

Photo-0052

 

Lutte des rêves et interprétation des classes / Max Dorra

Démontage d’un tour d’illusion.
L’assassinat dans une chambre fermée de l’intérieur, type même du crime parfait, décourage d’emblée toute enquête parce qu’il se présente comme impossible. Il en est de même, si l’on y songe, lorsque l’autre, de façon incompréhensible, par un mot, par un regard, nous tue. Or, il s’agit dans les deux cas d’un tour d’illusion. C’est ce que ce livre tentera de montrer.
Spinoza pensait que démasquer l’erreur ne suffit pas,encore faut-il dissiper l’illusion. « Pourvu que je puisse réfléchir à fond », écrivait ce clinicien de l’imaginaire. Et il jetait les bases d’une nouvelle rationalité. À la démarche spinozienne, ce livre propose d’associer la méthode freudienne de l’association libre.
La parole alors, parfois, livre ses secrets. Parler, en effet, c’est adapter son vocabulaire, sa mimique, ses intonations à l’autre en face de soi. Et puis, les mots que l’on prononce, les lester, en douce, de ses souvenirs, de ses émotions : leur donner du sens. C’est aussi, avouons-le, chercher à obtenir de l’interlocuteur une connivence que nous guettons dans son regard ; conforter notre image, dont la valeur à nos yeux fluctue sans cesse dangereusement. Cette finalité – être reconnu, réassuré –, nous la méconnaissons. De même ne pouvons-nous saisir le sens réel de nos paroles qu’après coup. Encore faudrait-il laisser venir, librement, nos associations.
Un front de libération des associations, tel est en effet l’enjeu de la lutte des rêves. Une résistance : celle de notre passé, de notre mémoire aux structurations plus ou moins appauvrissantes, aux montages plus ou moins angoissants, dans lesquels l’indispensable négociation avec l’autre, le passage par sa tonalité risqueraient de nous incarcérer. Car, appliquée aux rêves, la méthode de la libre association, la plus géniale de toutes les inventions freudiennes, fait de nous de véritables Houdini – magicien, roi de l’évasion –, capables de déjouer les faux huis clos, de démasquer le caractère illusoire de bien des enfermements.
« L’illusion joue un rôle capital dans toutes les branches du savoir humain ; innombrables sont les fausses vérités qui infestent nos connaissances et qui ne doivent leur existence qu’à l’illusion. J’attribue, pour une grande part, à l’étude des traités concernant l’illusionnisme, ses procédés, ses modes d’infiltration dans notre esprit, le fait que maintes fois, dans ma longue carrière, il m’est arrivé de redresser des notions classiques grâce aux disciplines que je dois à cette étude. »
Ce texte est d’Auguste Lumière qui, avec son frère Louis, invente le cinéma en 1895. L’année même où Freud, qui interprète pour la première fois l’un de ses rêves, entre par effraction dans l’histoire de la philosophie.
Max Dorra
Lutte des rêves et interprétation des classes / 2013
Écouter la discussion à propos du livre : les mardis de Chimères
Télécharger la suite de l’extrait en pdf :

fichier pdf md

horloge neons

12345...7



boumboumjames |
femmeavenirhomme |
Toute une vie... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Warhol l'avait dit...un qua...
| juliette66
| les bonnes "occaz" de Murielle