Archive pour le Tag 'Olivier Besancenot'

Affinités révolutionnaires, nos étoiles rouges et noires – Pour une solidarité entre marxistes et libertaires / Olivier Besancenot et Michael Löwy

Les histoires du mouvement ouvrier racontent en détail les désaccords, conflits et affrontements entre marxistes et anarchistes. Les partisans des deux courants n’ont pas manqué de rédiger des travaux théoriques ou historiographiques dénonçant les turpitudes de l’adversaire. Certains se sont fait une spécialité dans cette « exécution » morale de l’autre. Un exemple illustre, qui est bien révélateur : le titre de l’un des premiers livres de Joseph Staline, Anarchisme ou Socialisme ? (1097). Le futur secrétaire général du PCUS y écrit : « Nous estimons que les anarchistes sont de véritables ennemis du marxisme. Par conséquent, nous reconnaissons aussi qu’il faut mener une lutte véritable contre de véritables ennemis. » On connaît la suite…
L’objectif de notre livre est exactement l’inverse. Il est placé sous le signe de la Ière Internationale – dont on célèbre en 2014 le 150° anniversaire de fondation (28 septembre 1864) -, Association révolutionnaire pluraliste qui avait connu, au moins pendant ces premières années, des convergences significatives entre les deux courants de la gauche radicale. Il existe donc un autre versant de l’histoire, non moins important, mais souvent oublié, et parfois même délibérément écarté : celui des alliances et des solidarités agissantes entre anarchistes et marxistes. Cette histoire est longue, bien que méconnue, de plus d’un siècle, et ce jusqu’à aujourd’hui. Certes, nous ne sous-estimons pas les conflits, en particulier l’affrontement sanglant de Kronstadt (1921), auquel nous consacrons tout un chapitre. Mais la fraternité dans un combat commun n’en a pas moins existé, depuis la Commune de Paris. En témoignent les grandes figures, de Louise Michel au sous-commandant Marcos, qui ont attiré l’attention et la sympathie aussi bien des marxistes que des libertaires, ainsi que des penseurs qui ont incarné une sensibilité marxiste libertaire, tels que Walter Benjamin, André Breton ou Daniel Guérin. Un certain nombre de ces questions ont été le point d’achoppement entre socialisme et anarchisme, elles ont toujours divisé marxistes et libertaires ; il ne s’agit plus tant de « trancher le débat » que d’exploiter ces réflexions pour trouver des pistes de convergence possible. Les questions ici posées n’ont pas vocation à être exhaustives. Nous avons choisi de discuter de la « prise du pouvoir », de l’écosocialisme, de la planification, du fédéralisme, de la démocratie directe, du rapport syndicat/parti.
Notre espérance est que l’avenir sera rouge et noir : l’anti-capitalisme, le socialisme ou le communisme du XXI° siècle devra puiser à ces deux sources de radicalité. Nous voulons semer quelques graines de marxisme libertaire, dans l’espoir qu’elles trouveront un terrain fertile pour croître et des donner des feuilles et des fruits.
Olivier Besancenot et Michael Löwy
Affinités révolutionnaires / 2014

À lire sur le Silence qui parle :
Daniel Guérin et la révolution française / Denis Berger
également : La Révolution française et nous

malevitch

Lettre ouverte du NPA / Olivier Besancenot, Christine Poupin, Philippe Poutou

Lettre ouverte aux travailleuses et travailleurs, aux jeunes, aux organisations syndicales et politiques qui ne participent pas à la majorité gouvernementale, associations et militants associatifs qui combattent pour les droits sociaux et démocratiques.

Depuis les manifestations contre le mariage pour tous, la droite et l’extrême droite sont à l’offensive. Les manifestations réactionnaires se succèdent. Après le refus du mariage pour tous, c’est maintenant le rejet de la procréation médicale assistée (PMA) et la remise en cause du droit à l’avortement. Dans cette course réactionnaire, l’extrême droite fasciste est en pointe : les slogans des manifestations contre la gauche, les homosexuels, les juifs, les musulmans, rappellent de mauvais souvenirs.
Si la droite et l’extrême droite sont à l’offensive, c’est parce que Hollande et la politique du gouvernement ne cessent de leur faire des concessions dans le même temps qu’ils multiplient les attaques contre les classes populaires. Une fois encore, la droite exige le retrait de la PMA et le gouvernement capitule en rase campagne, en repoussant le débat sur la loi sur la famille qui ne prévoyait même pas la PMA.
C’est ce qui arrive quand un gouvernement de gauche fait une politique de droite. Là est le fond du problème.
Depuis qu’Hollande est au pouvoir, toute sa politique est tournée vers les marchés financiers, le patronat et la droite. Il ne cesse de faire des cadeaux au patronat au prix d’une aggravation du chômage et des inégalités, d’une dégradation des conditions de travail et de vie de la majorité de la population. Le « pacte de responsabilité » proposé au Medef en est le dernier exemple. 30 milliards d’exonérations de cotisations sociales en plus et, pire encore, la liquidation de tout un secteur de la sécurité sociale : les allocations familiales ! En prime, pour financer ces cadeaux, ils préparent 65 milliards sur 4 ans  d’économies budgétaires au détriment des services publics qui vont trinquer et cela pour le plus grand profit d’un patronat qui licencie et précarise.
C’est un gouvernement PS-MEDEF qui va mettre en œuvre ces nouvelles attaques contre les conditions de vie de millions de personnes, alors qu’il y a plus de 5 millions de chômeurs dans le pays ! Un gouvernement qui imite et parfois dépasse celui de Sarkozy dans l’expulsion des sans-papiers, le démantèlement des camps de Roms, l’alliance avec les bétonneurs comme à Notre-Dame-des-Landes.
Pour stopper la droite et l’extrême droite il est nécessaire de mettre un coup d’arrêt à cette politique d’austérité d’Hollande – Ayrault qui renforce le patronat et la droite et crée le terrain de l’offensive des forces réactionnaires. Il faut interdire les  licenciements, augmenter les salaires, annuler la dette, défendre la sécurité sociale, le droit au logement et les services publics !
Plus que jamais, contre les attaques réactionnaires, il faut défendre les droits sociaux et démocratiques, les droits des femmes, des homosexuels, des sans papiers. La manifestation pour la défense de l’IVG , en solidarité avec les femmes espagnoles montre la voie. Il y a urgence, il faut une révolte de gauche. Nous nous adressons à tous les travailleurs, les jeunes, les militants, les organisations, à tous ceux et à toutes celles, qui, à gauche, rejettent la droite et l’extrême droite et s’opposent à la politique du patronat et du gouvernement. Il nous appartient de réagir, de nous rassembler pour les faire reculer, reprendre l’offensive et ne pas laisser la rue à la droite et à l’extrême droite.
Pourquoi pas un grand week-end de révolte de gauche ?
Dans cette perspective, nous proposons, à l’ensemble des organisations de la gauche politique et syndicale qui ne participent pas à la majorité gouvernementale,  aux associations qui militent pour la défense des droits sociaux et démocratiques de se rencontrer pour agir en commun.
Partout, sur nos lieux de travail ou d’études, dans nos quartiers, dans nos communes, dans  nos quartiers, dans nos communes, dans nos villes, tous ensemble, préparons la riposte, contre la droite et l’extrême droite, et pour stopper la politique du gouvernement et du Medef.
Olivier Besancenot, Christine Poupin, Philippe Poutou
6 février 2014
Publié sur le site du NPA

Rouge_pérylene




boumboumjames |
femmeavenirhomme |
Toute une vie... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Warhol l'avait dit...un qua...
| juliette66
| les bonnes "occaz" de Murielle