• Accueil
  • > Recherche : audrey olivetti

Résultat pour la recherche 'audrey olivetti'

Chimères n°80 : Squizodrame et schizo-scènes / présentation et soirée à la Bellevilloise, Paris, samedi 30 novembre à partir de 19h

En Amérique latine, la schizoanalyse a été accueillie comme une pensée nécessaire face aux dictatures. En France, nombreuses sont les tentatives de mises en scène passionnées par les subjectivités dissidentes. Chacun et chacune construit sa machine de soulèvement de l’état des choses. Il ne s’agit pas de théâtre mais de production de nouvelles subjectivités, exigée par la férocité de notre temps.

Chimères n°80 : Squizodrame et schizo-scènes

coordonné par Anne Querrien, Flore Garcin-Marrou et Marco Candore

Présentation festive du numéro
en présence des auteurs et artistes qui y ont participé

lectures – performances – projections

samedi 30 novembre à la Bellevilloise, salle du Forum, à partir de 19h

bar et restauration légère sur place

réservez votre soirée !

La Bellevilloise / 19-21 rue Boyer / Paris 20° / métro Ménilmontant

Gabriela Berti / Gregorio Baremblitt / Margarete Amorim / Alfonso Lans / Jorge Antonio Nunes Bichuetti / Maria de Fatima Oliveira / Laurent Ott / Serena Reinaldi / Serge Sandor / Elsa Bernot / Fabienne Brugel / Audrey Olivetti / Damien Schultz / Mécanoscope / Sonja Hopf / Jean-Jacques Lebel / Gérard Fromanger / Roxane Amirouche / Mayte Bayon / Jean-Claude Polack / Anne Querrien / Flore Garcin-Marrou / Marco Candore

chimeresbellevilloise

La Commune « marouflée » dans Paris : d’Ernest Pignon-Ernest à Raspouteam (1971, 2011) / Audrey Olivetti / revue Théâtre(s) Politique(s)

Résumé : Un siècle sépare le gisant de la Commune d’Ernest Pignon-Ernest des milliers de cadavres qui recouvrèrent les pavés parisiens après la violente répression versaillaise de la Semaine sanglante en mai 1871. Quarante ans plus tard, en 2011, les murs parisiens servent de nouveau de support pour d’immenses sérigraphies retraçant les grands événements de cet épisode révolutionnaire et collées par une bande de trois amis venus du street art, connue sous le nom de Raspouteam. En plus de cette intervention dans la rue, Raspouteam crée un site Internet dans lequel on retrouve, sous forme de journal, les photos des collages, insérées dans des articles historiques, ainsi que des émissions de radio. Bien que distinctes par de nombreux aspects, ces deux démarches entretiennent un rapport similaire au temps et à l’espace. La rue, inextricablement liée à l’Histoire et à la mémoire, devient support d’une pratique artistique pour créer un terrain de lutte politique comme elle l’a été pendant les soixante-douze jours de la Commune.

Audrey Olivetti
Lire, voir, écouter La Commune « marouflée » dans Paris : ICI
in Théâtre(s) Politique(s) n°1
Les représentations de la Commune de Paris / mars 2013
Image : Ernest Pignon-Ernest
La Commune « marouflée » dans Paris : d’Ernest Pignon-Ernest à Raspouteam (1971, 2011) / Audrey Olivetti / revue Théâtre(s) Politique(s) dans Agora ernest-pignon-ernest-gisant




boumboumjames |
femmeavenirhomme |
Toute une vie... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Warhol l'avait dit...un qua...
| juliette66
| les bonnes "occaz" de Murielle