Archive mensuelle de mars 2015

Page 2 sur 3

Présentation du n°84 de la revue Chimères / Avec Jean Oury / Olivier Apprill et Jean-Claude Polack / mardi 24 mars librairie A Balzac A Rodin – Paris

Dans l’abord de la folie, le plus petit détail, un simple geste ou un sourire peuvent avoir une valeur inestimable.
Ce numéro de Chimères se veut l’écho d’expériences, de témoignages et de récits souvent placés sous le signe d’une vraie rencontre. Une sorte de constellation affective pour composer un portrait polyphonique de l’homme qui a tracé son chemin en marchant et a su s’adresser, avec une qualité de parole incomparable, à ce qu’il y a de plus singulier en chacun.

Présentation du n° 84 de la revue Chimères : Avec Jean Oury

dirigé par Olivier Apprill et Jean-Claude Polack
en présence d’auteurs ayant participé au numéro

mardi 24 mars / 18h30 / librairie A Balzac A Rodin
14 bis rue de la Grande Chaumière – Paris 14° – métro Vavin

voir l’édito et le sommaire

se procurer – s’abonner à Chimères

FLYER CH 84 OURY

Les schizoanalyses / Félix Guattari

Les formes archaïques d’énonciation reposaient, pour l’essentiel, sur la parole et la communication directe, tandis que les nouveaux agencements ont de plus en plus recours à des flux informatifs médiatiques, portés sur des canaux de plus en plus machiniques (les machines dont il est ici question n’étant pas seulement d’ordre technique mais aussi scientifiques, sociales, esthétiques, etc.) qui débordent de toutes parts les anciens territoires subjectifs individuels et collectifs. Alors que l’énonciation territorialisée était logocentrique et impliquait une maîtrise personnalisée des ensembles qu’elle discursivait, l’énonciation déterritorialisée, qui peut être qualifiée de machino-centrique, s’en remet à des mémoires et à des procédures non humaines pour traiter des complexes sémiotiques échappant, pour une très large part, à un contrôle conscientiel direct.

Félix Guattari
Les schizoanalyses
Extrait du texte publié dans Chimères n°5

Document intégral à télécharger : fichier pdf 01chi05

Learning To Drive

Eros-rosée, l’aventure temporelle du noeud borroméen / Conférences de l’Unebévue / Claude Mercier / samedi 14 mars au cinéma l’Entrepôt – Paris

Une idée de démarrage de ce travail sur Duchamp/Lacan a été le Fulmicoton, l’expo de 1942 à New York, avec les fils de fulmicoton qui forment comme une toile d’araignée (ou labyrinthes). Duchamp dit toujours les choses essentielles, et s’il a pris du fulmicoton ce n’est pas par hasard. Il n’y a jamais eu de travail sur les fils de fulmicoton, mais ceci nous porte à l’étude des points singuliers qui ne sont vraiment formalisés que tardivement dans le XXe siècle, bien que déjà perçus fin du XIXe par un auteur qui fut ô combien sensible au diagramme : Maxwell.
Et comme le dit Duchamp : « À un moment donné, le fil a brûlé. Comme le fulmicoton brûle sans flammes, on a eu très peur ».

L’Unebévue – revue de psychanalyse

samedi 14 mars
À la galerie au premier étage de l’Entrepôt

7 à 9 rue Francis de Pressensé 75014 Paris de 14h à 16h30

Télécharger le programme : fichier pdf conf mercier 2015

1

123



boumboumjames |
femmeavenirhomme |
Toute une vie... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Warhol l'avait dit...un qua...
| juliette66
| les bonnes "occaz" de Murielle