• Accueil
  • > Archives pour juillet 2013

Archive mensuelle de juillet 2013

Page 3 sur 5

3-4 août : enterrons définitivement le projet de Notre-Dame-des-Landes !

Nous constatons qu’un coup d’arrêt à l’avancée d’AGO/Vinci et de l’Etat est bien réel sur le terrain depuis quelques semaines déjà.
Fortes des avancées acquises ces derniers mois, l’ACIPA et la Coordination des opposants entendent  augmenter la pression sur les décideurs en organisant le grand rassemblement estival devenu traditionnel mais qui, cette année, va prendre une ampleur inégalée. Elles invitent l’ensemble des comités de soutien à organiser largement l’information et la mobilisation pour le rassemblement NDL 2013 comme ils ont su le faire au lendemain de l’invasion policière du 16 octobre sur la ZAD.
La formidable et inventive force collective qu’ils représentent construira avec nous la réussite.

lire la suite…

http://www.notredamedeslandes2013.org/

Sur le Silence qui parle :
deux films : Notre-Dame des luttes ! / Au coeur de la lutte
Réponse à deux tribunes parues dans le journal Le Monde

3-4 août : enterrons définitivement le projet de Notre-Dame-des-Landes ! dans Action nddl-affiche-3-4-aout_0

Désespérant François Hollande ! / Laurent Mauduit

Lors de sa prestation télévisée du 14 juillet, François Hollande a maintenu le cap, celui de l’austérité salariale et budgétaire. Mais il a aussi laissé entendre qu’une rafale d’impôts nouveaux frapperait les revenus modestes. Radiographie d’une politique économique qui fait la part belle aux plus grandes fortunes.
Désespérant François Hollande ! / Laurent Mauduit dans Agora piscine2
« Ils persévèrent, ils exagèrent, ils ne sont pas de notre monde. » Il y a quelque chose de désespérant dans l’équipée actuelle de François Hollande et de son gouvernement, qui fait penser au vers célèbre de Paul Eluard, extrait du poème La Victoire de Guernica. Non pas qu’ils déçoivent : cela fait si longtemps – dès le premier jour, en fait, de leur accession au pouvoir – qu’ils mettent en œuvre des réformes allant radicalement à rebours des espoirs que les électeurs de gauche ont manifestés lors de la dernière élection présidentielle que même les plus naïfs savent maintenant sur ce point à quoi s’en tenir.
Mais pour une raison encore plus profonde : parce que le chef de l’État ne semble pas même se rendre compte de la catastrophe vers laquelle il conduit le pays ; parce que le conservatisme qui marque la politique économique se marie à beaucoup de maladresse ou d’incompétence. Cela suscite donc plus que de l’indignation ; presque de la sidération. La prestation télévisée de François Hollande, le 14 juillet, est une bonne illustration du trouble qu’inspire sa politique et des mille et une questions qu’elle soulève. Mais comment peuvent-ils conduire une politique à ce point contraire aux intérêts de ceux qui ont voté pour eux ? Et comment de surcroît peuvent-ils s’y prendre aussi mal ?
Des déceptions, il y en a eu tellement, depuis la dernière alternance, qu’on ne se risque plus guère à les compter. Mis à part le mariage pour tous, il n’y a même eu que cela. Des déceptions, des reniements, des valses-hésitations, des retournements de veste à n’en plus finir… De la politique d’austérité budgétaire et salariale jusqu’à l’oubli de la révolution fiscale, en passant par la trahison des ouvriers de Florange, les 20 milliards d’euros de cadeaux offerts sans contrepartie aux entreprises sous forme de crédit d’impôt ou encore la réforme du marché du travail avec à la clef la mise à bas du droit du licenciement et, dernier exemple en date, la sinistre pantalonnade sur la taxation des transactions financières, le gouvernement socialiste a poursuivi exactement la même politique économique et sociale que celle mise en œuvre par Nicolas Sarkozy. Avec la crise, on espérait un nouveau Roosevelt ; on a eu un petit Raymond Barre…
Pour un gouvernement de gauche, semblable basculement n’est, certes, pas sans précédent. Déjà, par le passé, de 1988 à 1993, Pierre Bérégovoy avait affiché des orientations aussi droitières – de son temps, on ne disait pas encore sociales-libérales. Et au fil de son action, de 1997 à 2002, Lionel Jospin avait versé progressivement dans les mêmes ornières. Mais dans un cas comme dans l’autre, les socialistes ont toujours cherché à dialoguer avec leur camp. Comme pour s’excuser de la politique de « désindexation compétitive » – traduisons : de franche austérité salariale – qu’il conduisait, poussant les salaires vers le bas et le chômage vers le haut, Pierre Bérégovoy essayait perpétuellement de convaincre l’opinion que « l’inflation était un impôt sur les pauvres ». Et Lionel Jospin, tout en conduisant des privatisations à marche forcée, a toujours pris soin de dialoguer avec le « peuple de gauche » pour essayer de le convaincre qu’il n’avait en fait jamais rompu avec un réformisme de transformation sociale.
Mais François Hollande, lui, avec qui dialogue-t-il ? Sans forcer le trait, on serait enclin à répondre, car c’est la stricte vérité : avec personne d’autre que les insipides Claire Chazal et Laurent Delahousse, deux des journalistes les plus complaisants en activité sur TF1 et France 2 – preuve accablante qu’il n’y a pas la moindre différence entre le service public et le secteur privé, tendance béton. Ou plutôt, enfermé dans sa bulle, il se parle à lui-même, sans jamais s’adresser véritablement au pays qui le regarde et moins encore au peuple de gauche auquel il doit son élection.
Car c’est le plus frappant de cette intervention télévisée : de la situation réelle du pays, François Hollande n’a quasiment pas parlé. Comme s’il ne la connaissait pas. Comme si cette réalité, enfermé maintenant qu’il est dans le Palais de l’Élysée, était trop éloignée de lui. Des quelque 10 millions de pauvres que connaît la France, des 5,3 millions de demandeurs d’emplois, il n’a donc quasiment pas été question. Non plus que de la chute historique du pouvoir d’achat, qui frappe des millions de foyers modestes.
Plutôt que de regarder en face la crise sociale qui ronge le pays et qui continue de se propager, François Hollande a donc préféré être dans le déni et annoncer la bonne nouvelle qu’il est l’un des rares à percevoir : « La reprise, elle est là. » Foin du nombre de demandeurs d’emplois qui bat chaque mois de nouveaux records et atteint des niveaux historiques, foin de l’économie qui est pour l’instant officiellement toujours en récession, le chef de l’État a pris une posture et un ton proprement incompréhensibles.
cake51 désespérant françois hollande dans Agora
Du bon usage du carton ondulé
Terrible césure ! On sent que l’un de ces inspecteurs des finances qui peuplent les couloirs de Bercy, à moins que ce ne soit un ancien associé gérant de la banque Rothschild reconverti en conseiller de l’Élysée, a savamment glissé avant l’émission à l’oreille du chef de l’État qu’un obscur indicateur, celui de la production industrielle, avait connu quelques frémissements ces derniers jours, et que le chef de l’État a tout bonnement répété ce qu’on lui avait dit, sans mesurer le décalage entre son optimisme forcé et la réalité des souffrances sociales du pays. Et encore, par chance, ces mêmes conseillers de l’ombre, qui ont aussi l’oreille de la finance et du CAC 40, n’ont pas eu l’idée saugrenue de rappeler à leur patron que le carton ondulé, celui-là même dont on fait les emballages, était un formidable indicateur avancé comme en conviennent tous les conjoncturistes, et qu’il était précisément sur une pente ascendante. Car sans doute y aurait-on eu droit. Ce 14 juillet, François Hollande n’avait sans doute pas le cœur de parler au peuple. Mais parler carton ondulé, pourquoi pas : c’était bien dans son tempérament du moment…
Le décalage ! Sans doute n’y a-t-il effectivement pas de meilleure formule pour résumer ce qu’a dit le chef de l’État et ce qu’éprouve une bonne part de ses électeurs. Tout à son raisonnement, François Hollande a donc poursuivi son propos en suggérant qu’il allait mettre en chantier de nouvelles hausses d’impôt. Mais a-t-il lui-même bien mesuré la portée de ce qu’il disait ?
Non pas que le 14 juillet soit un mauvais jour pour parler impôt, tout au contraire. Car en ce jour anniversaire de la prise de la Bastille, le chef de l’État aurait pu évidemment trouver là une magnifique occasion de renouer avec les accents de sa campagne, et d’inviter à une nouvelle révolution – la fameuse « révolution fiscale » dont il a tant parlé avant l’élection présidentielle. Il aurait pu inviter à renverser nos Bastilles d’aujourd’hui, et engager une nouvelle Nuit du 4-Août, pour abolir nos privilèges actuels.
Et pourtant, non ! Rien de tout cela… Sur un air bonhomme, jouant en apparence sur le registre du simple bon sens, François Hollande s’est juste borné à suggérer que le gouvernement pourrait continuer en 2014 à relever les impôts. Il l’a dit sans vraiment le dire, sur le ton de la fausse évidence : « Dans l’idéal, le moins possible », a-t-il juste admis, signifiant par là que la fiscalité allait être relevée, même s’il n’y consentirait qu’à contrecœur.
Ah ! Le brave homme… « Dans l’idéal, le moins possible » : la formule dit bien ce qu’elle veut dire. Elle suggère que François Hollande a le cœur qui se serre à l’idée de relever les impôts de tous les Français et que, par « idéal », il préférerait ne pas en venir à pareille extrémité mais que du fait de la crise des finances publiques, il y sera malheureusement contraint.
Dans cette posture, il y a pourtant beaucoup d’hypocrisie. Car si les socialistes ont plaidé durant de longues années en faveur d’une « révolution fiscale », c’était précisément pour alléger le fardeau fiscal des plus pauvres et alourdir un peu celui des plus riches. Telle était l’ambition en particulier de la réforme visant à fusionner l’impôt sur le revenu et la contribution sociale généralisée (CSG), de sorte que l’impôt sur le revenu cesse d’être dégressif pour les contribuables les plus fortunés. Telle était aussi l’ambition du projet de rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), sous sa mouture initiale, c’est-à-dire avant que Nicolas Sarkozy ne le vide largement de sa substance.
Or, on sait ce qu’il est advenu de ce projet de « révolution fiscale » : il n’a jamais vu le jour. Promise, la nouvelle Nuit du 4-Août n’est jamais survenue (on retrouvera ici toutes nos enquêtes sur le sujet). Et même la célèbre taxe à 75 % a été totalement émasculée puisque ce ne sont plus les cadres dirigeants des grands groupes du CAC 40 qui la payent, mais les groupes eux-mêmes, qui s’en moquent totalement. Quant à la promesse sur l’ISF, elle n’a jamais été honorée même si ce reniement est passé inaperçu : à preuve, le seuil de déclenchement de l’ISF est resté au niveau où Nicolas Sarkozy l’avait relevé soit 1,3 million d’euros de patrimoine taxable. Et même certaines des « niches fiscales » les plus scandaleuses, celles qui profitent par exemple aux grandes fortunes dans les DOM-TOM, n’ont pas été remises en cause, contrairement aux engagements socialistes.
apero laurent mauduit
Une terre d’accueil accommodante pour les ultra-riches
Et le résultat de tout cela n’a naturellement rien de mystérieux : puisque les socialistes ont eux-mêmes renoncé à reconstruire un impôt citoyen progressif, les inégalités sont restées ce qu’elles étaient. Ou plus précisément, elles ont continué de se creuser. Avec, en bas de l’échelle des revenus, des pauvres qui deviennent toujours plus pauvres – toutes les études de l’Insee en attestent ; et en haut de l’échelle, des riches qui deviennent toujours plus riches –, ce dont témoigne aussi l’Insee qui pointe depuis plusieurs années un creusement des inégalités « par le haut ».
Le dernier classement des grandes fortunes françaises, établi par le magazine Challenges, est à cet égard très révélateur. Malgré la crise, la France, avec à sa tête un exécutif socialiste, est plus que jamais une terre d’accueil accommodante pour les ultra-riches. Pas un paradis fiscal, mais presque ! Que l’on observe en effet ces chiffres vertigineux (on peut les consulter ici): la fortune totale des 500 Français les plus riches a progressé de presque 25 % en un an, pour atteindre 330 milliards d’euros. Le magazine note qu’en « une décennie, ce chiffre a plus que quadruplé, alors que le produit intérieur brut (PIB), lui, n’a fait que doubler ». Et pour les dix plus grosses fortunes, les évolutions sont encore plus stupéfiantes, comme le raconte Challenges : « Ce Top-10 a une autre particularité : ses membres s’y enrichissent à un rythme beaucoup plus soutenu que les autres. En 1996, nos dix super-riches pesaient 20 milliards d’euros et 25 % de la valeur totale des « 500″. Aujourd’hui, après s’être encore enrichi de près de 30 milliards en douze mois, le Top-10 pèse 135 milliards, soit 40 % du total ! »
C’est donc à cette aune-là que l’on peut mesurer la grave responsabilité prise par François Hollande de ne pas engager de « révolution fiscale » ni de véritable rétablissement de l’ISF. Et c’est à cette aune-là qu’il faut aussi décrypter le propos présidentiel sur les inévitables hausses fiscales à venir. Car, en vérité, le propos est moins bonhomme qu’il n’y paraît. Faute d’une fiscalité redevenue progressive, ce sont en effet d’abord les revenus modestes ou moyens qui seront davantage taxés, certes « dans l’idéal, le moins possible », mais taxés tout de même, au mépris des règles de l’équité fiscale.
On ignore pour l’instant le montant exact des hausses d’impôt auxquelles le gouvernement travaille. Se voulant rassurant, ce dernier se plaît surtout à souligner que, pour 2013, il a fait le choix de ne pas compenser les pertes de recettes fiscales générées par la récession – de l’ordre de 13 milliards d’euros selon la Cour des comptes – par des mesures d’austérité complémentaires. Mais pour 2014, le gouvernement a clairement fait comprendre qu’il poursuivrait et même sans doute amplifierait sa politique budgétaire et fiscale d’austérité. Concrètement, les économies budgétaires devraient atteindre 14 milliards d’euros au cours de chacune des deux années 2014 et 2015. Quant aux prélèvements fiscaux et sociaux qui ont progressé de 22 milliards d’euros en 2012 et de 33 milliards d’euros en 2013 (notamment du fait de la mesure fiscale très inégalitaire de gel du barème d’imposition), ils devraient encore être majorés pour la seule année 2014 de 6 milliards d’euros. Et si l’on ajoute à ce chiffre les mesures de compensation que Bercy envisage pour prendre le relais de dispositions fiscales qui arrivent à échéance, le total des recettes nouvelles qui pourraient voir le jour en 2014, pour le budget de l’État ou celui de la Sécurité sociale, pourrait atteindre de nouveau la somme considérable de 12 milliards d’euros.
« Dans l’idéal », ce devait être « le moins possible », mais en pratique, ce sera tout de même une somme gigantesque. Et qui plus est, une somme qui sera donc, en l’absence de véritable réforme fiscale, à la charge des contribuables les moins avantagés. Pour une part, on est d’ailleurs fixé : alors que François Hollande avait dénoncé le projet de Nicolas Sarkozy de recourir à la TVA pour financer son « choc de compétitivité » en faveur des entreprises, il a engagé la même réforme, sous des modalités à peine modifiées. Le gouvernement socialiste a dès à présent planifié une hausse de l’impôt le plus injuste du système fiscal français, pour un montant de 6,6 milliards de francs, sous la forme notamment d’un relèvement de 19,6 % à 20 % du taux supérieur et de 7 % à 10 % du taux intermédiaire, tandis que le taux réduit baisserait de 5,5 % à 5 %.
Au nombre des hausses de prélèvements, on sait aussi que le quotient familial sera abaissé de 2 000 à 1 500 euros pour un gain de 1 milliard d’euros, ou encore que les cotisations aux régimes complémentaires de retraite seront aussi majorées. Mais au-delà, que se passera-t-il ? Dans le cadre de la réforme des retraites qui verra le jour à l’automne, le gouvernement envisagera-t-il aussi une majoration des cotisations de retraite, pour les régimes de base, en sus de l’augmentation de la durée d’activité qui ne fait maintenant plus aucun doute ?
Quoi qu’il en soit, le gouvernement semble prisonnier d’une terrible logique, depuis qu’il a renoncé à reconstruire une fiscalité plus juste. Une logique que résume l’adage fiscal bien connu : « Pourquoi taxer les riches ? Taxons les pauvres ; ils sont beaucoup plus nombreux. »
Et à l’évidence, il ne s’agit pas d’une embardée. Car toute la politique économique semble ne faire aucun cas de la situation sociale difficile dans laquelle se trouve une bonne partie du pays, et de l’effondrement du pouvoir d’achat que connaissent nombre de ménages. Car en plus des hausses d’impôts qui viennent, la puissance publique ne cesse de donner son feu vert à des hausses spectaculaires des tarifs des services publics, qu’il s’agisse de la SNCF, d’EDF ou de GDF, et prépare même maintenant les esprits à une baisse tout aussi spectaculaire du taux de rendement du placement préféré des Français, le livret A.
Et tout cela est annoncé d’un air badin, presque enjoué. Comme si tout cela était dans l’ordre normal des choses. Comme si nul, dans les sommets du pouvoir, n’était en mesure de sentir la colère sociale qui couve. De quoi donner effectivement raison à Paul Eluard : « Ils persévèrent ; ils exagèrent… »
Laurent Mauduit
Désespérant François Hollande ! / 16 juillet 2013
Publié sur Médiapart
tv50 mediapart

Le ticket qui explosa / William Burroughs / Silver Smoke of Dreams / Ian Sommerville & William Burroughs

« la génération invisible »
ce que nous voyons est en grande partie déterminé par ce que nous entendons vous pouvez vérifier cette proposition en effectuant une expérience très simple coupez le son de votre poste de télévision et substituez-y une bande sonore arbitraire pré-enregistrée sur votre magnétophone bruits de la rue musique conversations enregistrements divers d’autres programmes de TV vous constaterez que cette bande sonore arbitraire est appropriée et de fait va déterminer votre interprétation de ce qui se passe sur l’écran des gens courent après un autobus à picadilly avec une bande sonore où éclatent des rafales de mitrailleuses à pétrograd en 1917 vous pouvez prolonger cette expérience en utilisant des matériaux enregistrés plus ou moins appropriés au film par exemple un discours politique télévisé coupez le son et substituez-y un discours un vous aviez déjà enregistré difficile de percevoir une différence il n’y a pas beaucoup de bandes sonores enregistrées par exemple d’un homme-danger ou d’un programme oncle-espion jouez ces bandes interchangez et voyez si vos amis percevront une différence ceci doit être accompli par des magnétophones considérez la machine et voyez ce qu’elle peut faire elle peut enregistrer et playback activant un temps passé fixé par une association précise on peut réentendre un enregistrement plusieurs fois vous pouvez analyser chaque pause étudier chaque inflexion d’une conversation par exemple untel dit ceci ou cela pourquoi ici playback les enregistrements d’untel donc vous pouvez éditer une conversation enregistrée en conservant les fragments ennuyeux et plats et sots un magnétophone peut aller très vite lentement en avant en arrière vous pouvez apprendre à réaliser ces choses enregistrez une phrase et accélérez maintenant essayez d’imiter l’accélération de votre voix retournez une phrase et apprenez à dé-dire ce que vous venez de dire… ces exercices vous libèrent des anciens blocs d’association essayez de graduer la bande ce son est obtenu à partir d’un texte enregistré pour de meilleurs résultats un texte dit par une voix claire et nette puis en frottant la bande en avant et en arrière ce même son peut être obtenu en utilisant un « philips compact cassette recorder » faisant tourner la bande à l’envers et poussant le contrôle sur le microphone « stop » « start » « on et off » par petits intervalles vous obtenez quelque chose qui ressemble à un bégaiement
utilisez n’importe quel texte accélérez ralentissez faites marche arrière graduez-le et vous entendrez les mots qui n’existaient pas encore dans le texte original des mots nouveau fabriqués par la machine toutes sortes de gens scanderont des mots différents naturellement mais certains mots sont là clairs et n’importe qui peut les entendre ils n’existaient pas sur la bande originale mais souvent ils se rapportent au texte original comme si les mots eux-mêmes avaient été interrogés et obligés à révéler leur sens caché c’est intéressant d’enregistrer ces mots des mots littéralement fabriqués par la machine
vous pouvez aller encore plus loin en poursuivant cette expérience votre matériel enregistré original ne sera pas un matériel-mot mais il contiendra des bruits émis par des animaux par exemple enregistrez les cris des cochons baveux dans une auge des aboiements de chiens allez au zoo et enregistrez les grognements des gorilles les gros chats qui rugissent en dévorant des chèvres et des singes maintenant faites marche-arrière et accélérez et ralentissez et graduez ces animaux et essayez de déceler des mots nets voyez ce que les animaux ont à dire et voyez comment ils réagissent au playback d’une bande traitée
la variété du découpage le plus simple sur bande magnétique peut être obtenu avec une machine qui enregistrera n’importe quel texte ré-embobinez jusqu’au début de l’enregistrement maintenant faites tourner la bande en avant à intervalles arbitraires arrêtez la machine et enregistrez un texte court et ré-embobinez stoppez l’enregistrement là où bous avez superposé le texte original les mots sont effacés mais remplacés par de nouveaux mots
faites ceci plusieurs fois créez des juxtapositions arbitraires vous verrez que ces coupures arbitraires sont appropriées et que dans bien des cas votre bande découpée reçoit un sens étonnant des bandes découpées hilarantes il y a vingt ans j’ai entendu une bande intitulée « l’animateur ivre » faite par jerry newman de new york il avait coupé à même les actualités et je ne me souviens plus des mots mais de si loin que cela date je me souviens avoir ri à en tomber de ma chaise paul bowles appelle le magnétophone « le petit jouet du bon dieu » peut être son dernier jouet disparaissant dans l’air froid du printemps posant une question incolore
n’importe quel nombre peut jouer
oui n’importe quel nombre peut jouer n’importe qui avec un magnétophone qui contrôle la bande sonore peut influencer et créer des événements les expériences décrites ici vous indiqueront comment cette influence peut être prolongée avec toutes ses corrélations pour une seule opération précise
c’est la génération invisible il ressemble à un chef de service d’une agence de publicité à un universitaire à un touriste américain votre couverture n’est pas importante pourvu qu’elle vous couvre effectivement vous laissant toute liberté d’action vous aurez besoin d’un « philips compact cassette recorder » une machine portable commode pour enregistrer dans la rue et playback vous pouvez la dissimuler sous votre pardessus elle ressemble à un transistor pour le playback le playback dans la rue révèlera l’influence de votre bande sonore en opération il est bien évident que le playback le plus inaperçu est l’enregistrement de la rue les gens ne reconnaissent pas la voix d’hier ni les trous de voitures fantômes dans le temps présent ni les crissements des pneus ni les freins hurlant un avertisseur absent peut provoquer un accident ici de vieux incendies peuvent détruire de vieux immeubles peuvent toujours tomber ou apporter une bande sonore pré-enregistrée dans la rue tout ce que vous voulez fixer sur le « sublim eire » rejouez alors durant deux minutes et enregistrez deux minutes et mélangez votre message avec la rue faites flotter votre message dans une oreille qui e mérite il y a des magnétophones portatifs supérieurs à d’autres vous les connaissez des lèvres bougeant murmurant qui portent mon message partout dans londres dans notre sous-marin jaune opérant avec le playback de la rue vous verrez que votre playback trouvera un contexte approprié par exemple je marche rejouant quelques-unes de mes bandes les derniers mots de dutch schultz dans la rue un feu cinq alarmes la voiture des pompiers passe au moment voulu vous apprendrez les répliques et vous apprendrez à planter des événements et des conceptions après avoir analysé des conversations vous apprendrez à conduire une conversation la dirigeant là où vous voulez la libration psychologique sera obtenue dès que vous couperez les lignes de mots et les blocs d’associations contrôlés vous serez à même d’atteindre vos objectifs et quoi que vous fassiez vous le ferez mieux
enregistrez votre patron et vos collègues leurs images-associations apprenez à imiter leurs voix vous aurez du succès au bureau mais il n’est pas facile de rivaliser avec le procédé usuel enregistrez les bruits émis par leurs corps avec des micros cachés le rythme de leurs respirations les mouvements de leurs intestins après le déjeuner les battements de leurs cœurs et maintenant superposez les bruits de votre corps aux leurs et devenez le mot respirant vivant et le cœur battant de cette organisation devenez cette organisation les frères invisibles envahissent le temps présent plus nous trouverons de gens capables d’utiliser les magnétophones plus les expériences seront utiles les prolongations viendront d’elles-mêmes pourquoi ne pas organiser des partouzes-magnétophones chaque invité arrive avec son magnétophone et des bandes où sont enregistrées les choses qu’il a l’intention de dire et la bande vierge réservée aux autres invités-magnétophones le summum de l’impolitesse est de ne pas enregistrer quand on vous adresse la parole en direct avec un autre magnétophone et que vous ne pouvez rien dire en direct vous devez d’abord enregistrer les ténias les plus calmes ne parlent jamais
comment était cette partie playback
qu’est-ce qui s’est passé durant le déjeuner playback
vieux yeux sans bluff illisibles il n’a pas proféré un mot en direct depuis dix ans et lorsque vous entendez ce qui se rapporte à cette partie et ce qui s’est passé durant le déjeuner vous commencez à voir clair et net il y avait un voile gris entre vous et ce que vous avez vu et le plus souvent ce que vous n’avez pas vu ce voile gris était mots pré-enregistrés par une machine de contrôle et une fois ce voile levé vous verrez plus clairement et plus nettement que ceux qui sont derrière ce voile tout ce que vous ferez sera mieux et ceux qui se trouvent derrière le voile c’est la génération invisible c’est la génération efficiente les mains travaillent s’en vont voir les quelques résultats intéressants produits par une centaine de magnétophones lors d’un meeting politique ou pendant une marche pour la paix et la liberté supposons que vous enregistrez ce que disent des hommes de loi sudistes les plus laids les plus hargneux et qu’il y a une centaine de magnétophones recrachant leurs paroles ruminant comme des vaches aphteuses vous êtes maintenant en possession du son qui rendrait n’importe quel paysage insoutenable avec quelques centaines de magnétophones branchés les lecteurs pourraient se laisser envoûter par une conférence sur la poésie une magie imprévisible et pensez à ce que pourraient faire cinquante mille fans des beatles à shea-stadium des centaines de personnes enregistrant et diffusant dans la rue serait un happening
un gendarme militaire conservateur parlait de la menace croissante imposée par des hordes de jeunes gens irresponsables avec des magnétophones rejouant les bruits de la circulation qui troublaient les motocyclistes diffusant les pires insultes dans un bouge quelconque à may-fair ou à picadilly cette menace croissante pour l’ordre public par exemple dans la rue mille jeunes gens enregistrent des bruits d’émeutes ce murmure grandit devient de plus en plus violent rappelez-vous qu’il s’agit d’une opération technique pas à pas voici une expérience à la portée de n’importe qui avec deux machines reliées par une rallonge ce qui permet d’enregistrer de l’une à l’autre puisque l’expérience peut provoquer une réaction érotique réelle le partenaire idéal serait quelqu’un avec qui vous avez des rapports intimes nous avons deux sujets b et j b enregistre sur le magnétophone 1 j enregistre sur le magnétophone 2 maintenant alternons les deux bandes vocales playback du magnétophone 1 durant 2 secondes le magnétophone 2 enregistre magnétophone 2 playback durant 2 secondes le magnétophone 1 enregistre alternant la voix de b avec celle de j
pour obtenir un degré de précision les deux bandes devraient être coupées avec des ciseaux et les deux morceaux d’alternance épissés c’est un procédé long qui peut être activé avec succès si vous avez accès à une salle de montage-mixage et si vous employez des bandes sonores de films qui sont plus larges et plus maniables vous pouvez allez encore plus loin en filmant b parlant et j épissant les bandes sonores et images 24 alternances-seconde comme je l’ai laissé entendre il est nécessaire de bien choisir votre partenaire les résultats peuvent être très brutaux b se retrouve parlant et pensant exactement comme j j voit l’image de b dans son propre visage le visage de qui b et j sont continuellement conscients l’un de l’autre séparés par une présence invisible et permanente de fait ils deviennent l’un et l’autre vous constatez que rétroactivement b était j du fait même qu’il a été enregistré et filmé sur les bandes de j des expériences avec des bandes épissées peuvent provoquer des situations explosives mais bien maniées à un degré de coopération efficiente vous verrez que les avantages transposés sur j s’il faisait de telles expériences sans que b le sache et il y a mille façons d’appliquer la méthode épissure elles seront suggérées au lecteur averti supposons que vous êtes un connard en costume de flanelle grise et vous désirez présenter une nouvelle conception de la publicité au vieux c’est de la publicité créative alors vous du fil à retordre avec le vieux vous enregistrez sa voix et vous épissez votre voix avec la sienne tout en exposant votre nouvelle conception et vous émettez dans le système d’airco du bureau puis vous épissez votre baratin avec les voix de vos chanteurs pop favoris épissez-vous avec des animateurs des speakers des présidents des premiers ministres
Le ticket qui explosa / William Burroughs / Silver Smoke of Dreams / Ian Sommerville & William Burroughs dans Anarchies philips
pourquoi vous arrêtez-vous là
pourquoi vous arrêtez-vous
que tout le monde s’épisse chacun sur chacun oui les gars c’est moi près de la bétonneuse la prochaine démarche et je vous préviens que ça coûte cher sera magnétophones programmés une machine totalement programmée (standard) serait fixée sur un enregistrement playback intervalles choisis puis sera réembobinée et refait après le choix automatique de l’intervalle opération continuité supposons par exemple que vous possédez trois machines programmées magnétophone 1 programmé playback pendant 5 secondes enregistrement du magnétophone 2 playback du magnétophone 2 pendant 3 secondes le magnétophone 1 enregistre maintenant par exemple vous vous disputez avec votre ami ou amie vous vous souvenez de ce qu’il (ou elle) a dit la dernière fois et vous pensez déjà aux choses que vous direz la prochaine fois ça tourne ça tourne et vous ne pouvez pas fermer votre gueule mettez sur le magnétophone toutes vos plaintes tous vos arguments et donnez votre nom au magnétophone 1 sur le magnétophone 2 mettez toutes les choses qu’il (ou elle) a dit aurait pu dire suivant l’occasion hors du magnétophone maintenant faites parler les magnétophones magnétophone 1 playback le magnétophone 2 enregistre magnétophone 2 playback 3 secondes le magnétophone 1 enregistre faites-les travailler pendant un quart d’heure ou une demi-heure maintenant changez les intervalles en employant le bouton-intervalle que vous aviez poussé sur le magnétophone 1 sur le magnétophone 2 le bouton-intervalle peut être aussi important que le contenu de l’enregistrement écoutez les deux machines se mélanger mixez maintenant sur magnétophone 3 vous pouvez introduire le facteur réponse-non-pertinente puis mettez n’importe quoi sur le magnétophone 3 une vieille blague une vieille scie à la mode les bruits de la rue de la télévision de la radio et programmez le magnétophone 3 dans la dispute
magnétophone 1 je t’ai attendu jusqu’à deux heures hier soir
magnétophone 3 ce que nous aimerions savoir qui a mis du sable dans les épinards
l’emploi de la réponse non-pertinente est effective elle peut briser les rails obsessionnels de l’association tous les rails de l’association sont obsessionnels
sortez tout cela de vos têtes et mettez-les dans la machine arrêtez le cours de cette dispute arrêtez-vous ne vous plaignez plus arrêtez la conversation et laissez donc les machines se disputer
se plaindre et parler un magnétophone et la section externiste du système nerveux vous pouvez découvrir tout ce que recèle le système nerveux gagner plus de contrôle vis-à-vis de vos réactions en employant un magnétophone que vous ne pourriez trouver assis depuis vingt ans dans la position du lotus et gaspillant votre temps sur le sofa analytique
écoutez les bandes du temps présent et vous commencez à comprendre qui vous êtes et ce que vous faites ici mélangez hier avec aujourd’hui et entendez demain tout votre avenir surgira des vieux enregistrements vous êtes un magnétophone programmé fixé standardisé pour enregistrer et playback
qui vous programme
qui décide s’il faut playback dans le temps présent
qui choisit les bandes
qui playback votre veille humiliation vos vieilles rancœurs et faillites en vous retenant dans un temps pré-enregistré et fixé d’avance
vous n’êtes pas obligé d’écouter vous pouvez programmer vous-même votre playback vous pouvez décider quelles bandes dans le temps présent étudiez vos modèles d’association et découvrez dans quel cas et avec quels pré-enregistrements dans le temps présent étudiez vos modèles-associations et découvrez quels sont les cas-pré-enregistrements pour le playback programmez ces vieux enregistrements on le fait uniquement avec des magnétophones il y a tant de choses à faire avec les magnétophones programmer des spectacles sur scène à intervalles arbitraires chaque spectacle doit être imprévisible et unique provoquant une tension-participation de l’audience lectures concerts les magnétophones programmés peuvent créer des événements n’importe où ils sont nécessaires dans une partie et aucun hôte moderne n’imposerait une partie emmerdante dans le temps présent dans un foyer moderne par exemple chaque chambre est branchée aux tables d’écoutes qui enregistrent et playback micros et haut-parleurs cachés voix fantômes murmurant dans les corridors et les chambres le mot visible tel une bande-bonne magnétophones dans les jardins se répondent comme des chiens aboyant les bandes sonores amènent le studio sur le plateau et vous pouvez changer l’aspect d’une ville en plaçant votre propre bande dans les rues voici quelques expériences vous filmez les opérations-bandes-sonores sur le plateau trouvez un environnements de toits en ardoises des cheminées en brique rouge une bande cool et bleue dans un vieux marché couvert pavé de persiennes bleues une bande grise des sifflements lointains de trains des grenouilles qui coassent sur le terrain de golf des enregistrements cool tous les vieux cabotins tristes dans le crépuscule bleu un bruissement de ténèbres de fils de fer quand des milliers de personnes travaillent avec des magnétophones filmant les actes ultérieurs choisissant leurs meilleurs bandes sonores et métrages et les épissant vous verrez alors quelque chose d’intéressant maintenant considérez le mal que nous pourrions faire et qui a été fait quand enregistrement et playback sont faits de cette façon les gens affectés ne savent pas ce qui se passe la pensée l’émotion et les impacts sensuels peuvent être manipulés précisément et contrôlés des émeutes des manifestations sur mesure par exemple ils emploieraient de vieux enregistrements antisémites contre les chinois en indonésie feraient fonctionner les magasins et s’enrichiraient et donneraient toujours leurs fonds de commerce à un autre con assez familier supposons que vous voulez faire descendre la région entrez donc et enregistrez le dialogue le plus atroce le plus stupide sur votre bande la plus discordante que vous puissiez trouver et continuez playback éternellement choisissant toujours le matériel le plus atroce les possibilités sont illimitées vous désirez provoquer une émeute placez vos machines dans la rue avec des enregistrements d’émeutes bougez rapidement vous pourrez toujours devancer l’émeute du surf nous l’appelons il n’y a pas de marge lorsqu’il s’agit d’erreur rappelez-vous du pauvre burns pris dans une émeute un marché persan des enregistrements cachés sous sa djellaba et ils l’ont écorché vif une chose crue et gelée se tortillant grouillant sous le soleil de midi et nous avons le tableau
pigez-vous ce tableau
les techniques et les expériences que nous avons décrites ont été faites et sont toujours faites par les agences officielles et non officielles et vous ne vous rendez compte de rien à votre immense désavantage n’importe quel nombre peut jouer wittgenstein a dit qu’aucune proposition ne peut être considérée comme argument la seule chose qui ne peut être enregistrée sur une plate-forme pré-enregistrée est le pré-enregistrement lui-même c’est-à-dire l’enregistrement dans lequel figure le facteur chance n’importe quel enregistrement de rue pré-enregistre votre avenir vous pouvez entendre et voir les expériences décrites ici m’ont été expliquées et suggérées par ian sommerville de londres et j’écris cet article comme si j’étais son nègre
regardez autour de vous regardez la machine de contrôle programmée pour choisir les sons les plus atroces les plus laids les plus stupides les plus vulgaires et dégradés enregistrement et playback provoquent des sons encore pires laids vulgaires et dégradés et ré-enregistrement playback en dégradation inexorable attention cul-de-sac attendez le playback laid et vulgaire demain et demain et demain qui font les journaux ils choisissent les sons les plus laids pour le playback et de fait si c’est vraiment dégueulasse c’est de l’information des nouvelles et cela ne suffit pas alors je cite la page-éditorial du new york daily news nous savons nous occuper de la chine et si la russie intervient nous saurons nous en occuper aussi un bon communiste existe s’il est mort prenons soin du marchand d’esclaves castro ensuite pourquoi attendre bombardons la chine maintenant et soyons armés jusqu’au dents pour mille ans ce vilain braillement émis pour le playback des masses vous donne envie de répandre un enregistrement hystérique et playback pour les réactions les plus stupides et les plus hystériques
la marijuana la marijuana eh oui elle est encore plus mortelle que la cocaïne
elle fabrique un fou criminel comme ça dit-il ses yeux froids quand il pensait aux vampires suçant les richesses du vil trafic de marijuana et littéralement gavé de sang humain il réfléchit farouchement sa mâchoire se contracte tous les fourgueurs devraient frire sur la chaise électrique
dénudez les salauds
très bien montrez-nous vos avant-bras
ou les mots mortels de nany j. anslinger les lois doivent refléter la réprobation de la société pour le toxicomane
une réflexion encore plus dégueulasse que la désapprobation de la société serait difficile à trouver les yeux froids et méchants des femmes américaines convenables lèvres pincées et non merci les marchands grognements émis par les flics pâles yeux des super-tueurs de négros reflétant toute la désapprobation de la société ces putains de pédés je dis qu’il faut tirer dans le tas et si d’autre part vous choisissez les réactions calmes et raisonnables pour les enregistrer et playback vous répandriez le calme et le bon sens
fait-on cela
non évidemment le seul moyen de briser la spirale descendante d’un enregistrement laid encore plus laid et aussi playback serait d’utiliser une contre-enregistrement et un playback la première démarche est d’abord isoler et couper les lignes d’association de la machine de contrôle d’avoir en permanence un magnétophone et enregistrer les choses les plus laides toutes les plus stupides vos bandes enfin accélérer et ralentir et retour en arrière graduation sur la bande vous entendrez alors la voix laide l’esprit vilain et vous constaterez qu’elle est composée de vieux pré-enregistrements laids et stupides plus vous faites tourner les bandes et plus vous les couperez et moins elles ont de la puissance coupez les pré-enregistrements dans l’air raréfié
William Burroughs
le Ticket qui explosa / 1961-1967
Silver Smoke of Dreams / Ian Sommerville & William Burroughs

radio-activ-wahington brion gysin dans Burroughs

12345



boumboumjames |
femmeavenirhomme |
Toute une vie... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Warhol l'avait dit...un qua...
| juliette66
| les bonnes "occaz" de Murielle