• Accueil
  • > Archives pour janvier 2013

Archive mensuelle de janvier 2013

Page 2 sur 6

Contre le capital et contre les « majorités » / Introduction à la théorie et à la pratique de la schizoanalyse / Gregorio F. Baremblitt

La schizoanalyse est un vaste savoir et un travail qui s’appuie sur l’œuvre de deux auteurs, Gilles Deleuze et Félix Guattari, tous deux aujourd’hui disparus. Le premier fut considéré par beaucoup comme le plus grand philosophe du XXème siècle. « Le siècle sera deleuzien » avait dit Michel Foucault. Guattari, de son côté, s’est formé en tant que psychanalyste avec Jacques Lacan et fut un militant politique de gauche, autodidacte en économie, politique, sémiologie, éthologie, musique et littérature. L’œuvre de ces deux auteurs compte plus de quarante ouvrages, nombre d’entre eux écrits séparément et beaucoup d’autres en commun.
Le livre que l’on considère  généralement comme le plus important s’intitule  Capitalisme et schizophrénie et se compose de deux volumes l’Anti-Œdipe et Mille plateaux. La période pendant laquelle fut écrite l’ensemble de l’œuvre de ces deux auteurs s’étend de 1965 jusqu’à la fin du siècle dernier. Sans doute un des moments « phare » de leur œuvre est à mettre en lien avec les évènements de Mai 68 en France. Il est impossible de classer la schizoanalyse dans aucune des disciplines et spécialités connues. Elle naît au moment où commence à apparaître la critique du structuralisme sous des formes diverses. Malgré tout il n’est pas possible de la situer intégralement dans la post-modernité avec laquelle elle est à son tour discordante.
Pour tenter de la définir de façon précise, on peut dire qu’il s’agit d’un matérialisme immanent, néofonctionnaliste, machinique, transversaliste, en faveur des multiplicités, homéostatique et autopoïétique. Cette formulation ne dit pas tout et il est possible que pour celui qui ne connaît pas l’œuvre, cela ne dise pas grand-chose mais elle peut servir d’approche lorsqu’on a une idée de la terminologie du champ culturel actuel.
Guattari a tenté aussi de la définir en disant que la schizoanalyse est régie par un paradigme esthétique, éthique, politique, qui inclut les grandes contributions philosophiques, scientifiques, artistiques et se nourrit aussi du savoir populaire, de la mythologie et de la folie.
La texture de l’œuvre est extraordinairement hétérogène. Elle se compose de monographies académiques orthodoxes en apparence ainsi que de livres dont le style est turbulent, tourmenté, volcanique, de gradation continue. Leur érudition est incroyable mais n’est jamais un objectif en soi, elle est plutôt le résultat de la maîtrise d’innombrables auteurs et champs de connaissance, traités de manière critique et en même temps fertile sur un plan créatif dans une totale hétérodoxie et irrévérence.
Ce que les auteurs appellent l’utopie active de la schizoanalyse inclut la liste inépuisable des contributions théoriques, techniques, esthétiques et militantes d’un vaste spectre de productions, d’Orient et d’Occident, qui ont en commun une inspiration libertaire et inventive.
La schizoanalyse a eu une diffusion mondiale considérable surtout dans les dix dernières années. Les ouvrages ont été traduits dans de nombreuses langues et utilisés librement par des spécialistes et des militants et même par des profanes.
La schizoanalyse ne compte aucune organisation sociale conventionnelle, académique, professionnelle, partisane, etcetera.  Elle n’est défendue par aucun diplôme officiellement ou officieusement reconnu et ne s’approprie aucune modalité de formation ou de titre universitaire qui lui soit propre.
Les auteurs insistent sur le fait que chaque lecteur peut lire leur œuvre comme bon lui semble et prendre de celle-ci ce qui l’inspire et le rend créatif, sans aucun engagement d’affiliation ni de reconnaissance.
La schizoanalyse a comme « adversaires », comme partenaires dominants : le capital, l’Etat, les majorités, en somme tout mode et toute forme de domination, exploitation, mystification, conservation et destruction pour la destruction.
Elle s’adresse à sont tous ceux qui aspirent à la production, à l’invention, à la création au service de la liberté, de l’amour, de la justice et de la vie (au sens le plus large du mot). Mais ses destinataires devront utiliser la schizoanalyse selon la singularité la plus absolue de chacun et en tenant toujours compte des variations infinies dans lesquelles se réalise le « bien commun » comme valeur suprême.
La schizoanalyse a été adoptée par de nombreux mouvements aux singularités minoritaires  (dans un sens non statistique, ni démographique) tels que les féministes, les défenseurs des droits humains, de l’enfance, de l’adolescence, du troisième âge, des travailleurs, des émigrés, des écologistes, des exclus, des marginaux, les désinsérés, les porteurs de ce que l’on dit être « la maladie mentale » et de tant d’autres encore.
Gregorio F. Baremblitt
Contre le capital et contre les « majorités »
Introduction à la théorie et à la pratique de la schizoanalyse
Traduit de l’espagnol par Monique Zerbib pour le Silence qui parle
Merci à Anne Querrien pour la communication de ce texte.
Texte publié sur le site de Stella Maris Angel Villegas
Voir : Esquizoanalise e esquizodrama,
A crise do capitalisme planetario,
18-19-20-21 avril 2013

Et : http://gregoriobarembittbiografia.blogspot.fr/
Centro Félix Guattari
et EsquizoPolitica
Lire sur le SQP un extrait de l’Anti-Œdipe :
Introduction à la schizo-analyse / Deleuze-Guattari

Et aussi : Une introduction à la vie non-fasciste / Michel Foucault
Contre le capital et contre les « majorités » / Introduction à la théorie et à la pratique de la schizoanalyse / Gregorio F. Baremblitt dans Chimères miro

Le Milieu de nulle part / Christiane Vollaire et Philippe Bazin

Le Milieu de nulle part est issu du travail commun fait, durant l’été 2008, par la philosophe Christiane Vollaire et le photographe Philippe Bazin dans dix-huit centres d’hébergement ou de rétention de réfugiés essentiellement tchétchènes en Pologne.

Ce travail articule les exigences esthétiques et politiques de la photographie documentaire (la série Antichambres) aux exigences réflexives et relationnelles de la philosophie de terrain.

Un livre pour affronter la violence et la question du droit 
Le texte est nourri des entretiens menés avec des demandeurs d’asile de tous âges et de toutes conditions. Ils disent quels dangers, quelles violences, quelle impossibilité de vivre sur leur territoire d’origine, les a poussés à la fuite, hors d’un pays devenu un Etat de non-droit, livré à des puissances maffieuses plus violentes encore que les systèmes féodaux qui les ont précédées : racketts, enlèvements, trafics d’organes ou d’êtres humains en sont le lot quotidien.

Mais ils disent aussi, sur le pays d’ « accueil », tout ce qui transforme le séjour en une véritable course d’obstacles, un nouveau parcours du combattant. Ce parcours n’est pas seulement hérissé de barbelés physiques, mais d’obstacles symboliques, dressés par des textes juridiques absurdes, iniques, en mutation permanente, impossibles à comprendre et à maîtriser.

Un livre pour entendre des réfugiés qui pensent leur devenir politique
Ce livre ne veut en aucun cas offrir les réfugiés à la représentation victimaire dont ils sont trop souvent l’objet, au traitement humanitaire auquel on réduit trop souvent les exigences du droit. Pas plus qu’il ne veut réduire leur parole à celle d’un « témoignage » brut destiné à devenir pour d’autres un matériau de réflexion. Les personnes interrogées, quel que soit leur milieu d’origine, sont d’abord des sujets qui pensent leur propre histoire, la réfléchissent, et réfléchissent à travers elle une histoire qui est au-delà de la leur, et dans laquelle ils ont pleinement conscience de s’inscrire : celle du droit, celle d’un devenir politique.

Un livre pour articuler philosophie et photographie
Aux trois moments du texte (passé, présent, futur) répondent trois moments photographiques : celui des chambres où sont regroupées les familles, réservant à chacune ce minimum d’intimité que traduit, dans la précarité des lieux, tel choix décoratif, telle disposition des couleurs ; celui des salles communes, où l’intimité n’est plus préservée que par la verticalité des couvertures tendues ; celui enfin des lieux de rétention, univers totalement standardisé de la géométrie carcérale.

L’esthétique radicale de la photographie documentaire vient donc ici scander en contrepoint la dynamique du texte. Ceux à qui la parole est donnée dans le texte n’apparaissent à aucun moment dans les images, qui ne présentent que les lieux. Et là où le texte opère une remontée du passé vers le futur, les images opèrent en résonance une descente des espaces encore relativement libres à ceux de l’incarcération.

Mais le texte et les images sont animés d’une force identique, communiquée au photographe comme à la philosophe par ceux qu’ils ont rencontrés, et dont ils se sont nourris pour élaborer ce travail en commun : l’exigence documentaire, comme l’exigence philosophique,  dans leur volonté de dire et de montrer, affirment, aussi loin des mensonges d’une prétendue « neutralité », que des naïvetés d’un apitoiement émotionnel, la puissance vivifiante de la colère.

le milieu de nulle part
Album : le milieu de nulle part

3 images
Voir l'album

Christiane Vollaire
Phillippe Bazin

le Milieu de nulle part / 2012
Présentation du livre par les auteurs
samedi 26 janvier à partir de 17h
à la librairie la Terrasse de Gutenberg
9, rue Emilio Castelar – Paris 12°

fichier pdf terrasse_de_gutenberg
Créaphis éditions
fichier pdf flyer Le milieu de nulle_partHD.pdf
Egalement : Ecrits sur images – sur Philippe Bazin
sous la direction de Christiane Vollaire

fichier pdf Flyer-Ecrits sur images
Le Milieu de nulle part / Christiane Vollaire et Philippe Bazin dans Flux

L’Inconscient machinique / Félix Guattari / Chimères / Philo-performances Chaosmose : Temps pluriels / à la Maison populaire de Montreuil 23 janvier – 22 février – 22 mars 2013

Logos ou machines abstraites ?
L’inconscient a-t-il encore quelque chose à nous dire ? On lui a mis tellement de choses sur le dos qu’il parait avoir pris le parti de se taire ! Pendant longtemps on a cru qu’il était possible d’interpréter ses messages. Toute une corporation de spécialistes s’est attelée à cette tâche ! Mais le résultat n’a guère été brillant ! II semble bien qu’ils aient tout compris de travers ! L’inconscient parlerait-il une langue définitivement intraduisible ? C’est possible ! Il faudrait reprendre les choses par le début. D’abord qu’est-ce, au juste, que cet inconscient ? Un monde magique caché dans on ne sait quel repli du cerveau ? Un mini-cinéma intérieur, spécialisé dans le porno enfantin, ou dans la projection de plans fixes archétypiques ? Les nouveaux psychanalystes ont élaboré des modèles théoriques plus épurés et mieux aseptisés que les anciens ils nous proposent a présent un inconscient structural vide de tout l’ancien folklore freudien ou jungien, avec ses grilles interprétatives, ses stades psycho-sexuels, ses drames calqués sur l’antiquité… Selon eux, l’inconscient serait structuré comme un langage. Mais, cela va de soi, pas comme le langage de tous les jours ! Plutôt comme un langage mathématique. Par exemple, Jacques Lacan parle aujourd’hui couramment de « mathèmes » de l’inconscient…
On a l’inconscient qu’on mérite ! Et je dois avouer que celui des psychanalystes structuralistes me convient encore moins que celui des freudiens, des jungiens ou des reichiens ! L’inconscient, je le verrais plutôt comme quelque chose qui traînerait un peu partout autour de nous, aussi bien dans les gestes, les objets quotidiens, qu’à la télé, dans l’air du temps, et même, et peut-être surtout, dans les grands problèmes de l’heure. (Je pense, par exemple, à cette question du choix de société qui refait invariablement surface lors de chaque campagne électorale.) Donc un inconscient travaillant aussi bien à l’intérieur des individus, dans leur façon de percevoir le monde, de vivre leur corps, leur territoire, leur sexe, qu’à l’intérieur du couple, de la famine, de l’école, du quartier, des usines, des stades, des Universités… Autrement dit, pas un inconscient de spécialistes de l’inconscient, pas un inconscient cristallisé dans le passé, gélifié dans un discours institutionnalisé, mais au contraire, tourné vers l’avenir, un inconscient dont la trame ne serait autre que le possible lui-même, le possible à fleur de langage, mais aussi le possible à fleur de peau, à fleur de socius, à fleur de cosmos… Pourquoi lui coller cette étiquette d’inconscient machinique ? Simplement pour souligner qu’il est peuplé non seulement d’images et de mots, mais aussi de toutes les sortes de machinismes qui le conduisent à produire et à reproduire ces images et ces mots.
Nous sommes accoutumés à penser les faits matériels et sociaux en termes de généalogies, de résidus archéologiques, de progrès dialectiques, ou bien de décadence, de dégénérescence, d’entropie montante… Le temps va de l’avant, vers des jours meilleurs, ou bien il se précipite, à l’aveuglette, vers d’insondables catastrophes. A moins qu’il ne se mette a végéter indéfiniment. On peut contourner ces sortes de dilemmes en refusant toute extrapolation causaliste ou finaliste et en limitant strictement l’objet de ses recherches a des relations structurales ou a des équilibres systémiques. Mais de quelque façon que l’on s’y prenne, le passé reste lourd, refroidi, et le futur largement hypothéqué par un présent noué de toutes parts. Penser le temps à rebrousse poil ; imaginer que ce qui est venu après puisse modifier ce qui était avant ; ou bien qu’un changement, au cour du passé, puisse transformer un état de chose actuel : quelle folie ! Un retour la pensée magique ! De la science-fiction ! Et pourtant…
Il ne me paraît nullement absurde de tenter l’exploration de telles interactions, que je qualifierais, elles aussi, de machiniques, sans spécifier, dans un premier temps, leur nature matérielle, et/ou sémiotique. Ni idée platonicienne transcendante, ni forme aristotélicienne adjacente à une matière a-morphe, ces interactions déterritorialisées, abstraites, ou, plus brièvement, ces machines abstraites, traversent divers niveaux de réalité, font et défont les stratifications. Elles ne s’accrochent pas à un temps unique, universel, mais a un plan de consistance, trans-spatial et trans-temporel, qui leur affecte un coefficient relatif d’existence. Dès lors, leur parution dans le réel ne prétend plus se donner d’un seul tenant : elle se négocie à partir de quanta de possibles. Les coordonnées d’existence, tout autant que les coordonnées spatio-temporelles et les coordonnées subjectives s’établissent a partir d’agencements en constante interaction et sans cesse engagés dans des processus de déterritorialisation et de singularisation qui ont pour effet de les décentrer les uns par rapport aux autres et de leur assigner des « territoires de rechange » dans des espaces de codage. Ainsi serai-je amené à opposer les territoires et les terroirs aux territorialités machiniques. A la différence de la logique des ensembles, une « machinique » des agencements ne reconnaîtra jamais que des identités et des trajectoires relatives.
Ce n’est qu’à l’échelle humaine « normale » — c’est-à-dire qui ne relève ni de la folie, ni de l’enfance, ni de l’art — que l’Etre et le Temps paraîtront s’épaissir et s’empâter jusqu’à un point de non retour. A considérer les choses sous l’angle des temps machiniques et du plan de consistance, tout s’éclairera différemment : les causalités ne fonctionneront plus à sens unique et il ne nous sera plus permis d’affirmer que « tout est joué d’avance ».
Félix Guattari
l’Inconscient machinique / 1979
fichier pdf Inconscient machinique 1979 Introduction

fichier pdf guattari machines abstraites

A la maison populaire de Montreuil, chaque mois, une lecture, un rendez-vous, des invités, des discutants lointains ou présents, des performances artistiques, des interventions du public.
Ces séances contribueront au numéro 79 de Chimères / Chaosmose, Temps pluriels, à paraître en mai 2013.
Lire également : Chaosmose 1 / Chimères n°77

mercredi 23 janvier – 20h-22h / Plongée sensible dans une matière finie
Anne Sauvagnargues (philosophe) / Pascale Criton (musicienne) / Anne Querrien (sociologue) / Annick Kouba (psychanalyste – sous réserve) / artiste invité Seijiro Muryama (percussions)

vendredi 22 février / Shifters de subjectivation

vendredi 22 mars / Territoires existentiels disjoints

Maison Populaire
9 bis rue Dombasle 93100 Montreuil – 01 42 87 08 68
http://www.maisonpop.net/

L'Inconscient machinique / Félix Guattari / Chimères / Philo-performances Chaosmose : Temps pluriels / à la Maison populaire de Montreuil 23 janvier - 22 février - 22 mars 2013 dans Chimères kusama-mirrors

123456



boumboumjames |
femmeavenirhomme |
Toute une vie... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Warhol l'avait dit...un qua...
| juliette66
| les bonnes "occaz" de Murielle