• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 8 décembre 2011

Archive journalière du 8 déc 2011

Actualité de l’évolutionnisme anarchiste de Kropotkine / Yusuke Katakura

Mondialisation et anarchisme entre 1880 et 1914
A partir des années 1880 et jusqu’à la Première Guerre Mondiale surgit un ensemble de groupements politiques revendiquant le nom « d’anarchisme ». Plusieurs des mouvements anti-autoritaires qui avaient préexistés dans la Première Internationale s’y trouvent englobés : ainsi du « mutualisme », sous l’influence de Proudhon, ou du « collectivisme » bakouninien. Cette époque est un moment décisif, non seulement pour la propagation la plus large du mouvement anarchiste, mais aussi pour l’élaboration de la notion générale « d’anarchie » en tant que grille de déchiffrement permettant de reconnaître, en dehors de l’époque et des lieux où naquit cette notion, des précurseurs qui n’auraient pas pensé à s’en revendiquer. On a donc voulu découvrir de « l’anarchisme » dans des systèmes de pensée antérieurs aux temps modernes, voire extérieurs à l’espace européen : par exemple dans les révoltes populaires, le bouddhisme primitif, le christianisme ancien, chez Lao-Tseu… La notion d’anarchie est ainsi devenue un concept politique global, non seulement applicable à l’Europe, mais au monde entier. De cette formation de « l’anarchisme » à partir des années 1880, Benedict Anderson a récemment présenté un compte-rendu historique lucide, décrivant les rapports entre l’expansion du colonialisme dans le dernier quart du XIX siècle et les réseaux mondiaux de l’anarchisme. L’extension des réseaux anarchistes internationaux a connu son apogée avant le commencement de la Première Guerre Mondiale, dépassant celle du marxisme et traversant toutes les frontières européennes et jusqu’à des pays tels que l’Egypte, Cuba, le Brésil, la Corée, la Chine ou le Japon. Anderson a appelé Early Globalization (première mondialisation) le complexe développement de cette compétition mondiale et des réseaux créés par celle-ci. L’expansion mondiale du colonialisme s’est accompagnée de diverses innovations technologiques créant des migrations massives et des réseaux traversant les frontières dans le monde entier : invention du télégraphe et ses nombreux perfectionnements, installation de câbles sous les océans, développement de lignes régulières de paquebots internationaux, inauguration de l’Union postale universelle… Anderson a replacé l’anarchisme dans le cadre de ces réseaux mondiaux, en tant que rêve et pratique du dépassement des frontières, afin de nier non seulement l’Etat, mais l’ensemble des Etats qui dominent le monde sous la forme du colonialisme. Selon cette analyse, la formation de l’anarchisme se dégage d’un arrière-plan historique qui inclut celui-ci. Toutefois la méthodologie d’Anderson, qualifiée de Political Astronomy, se limite à établir une cartographie objective de l’anarchisme au sein des réseaux et des conflits du monde. Mon but est au contraire de tenter une interprétation intérieure de la pensée anarchiste, en tant que théorie disposant d’une problématique alternative aux pensées dominantes du colonialisme. Philosophe représentatif qui procéda à la systématisation de la philosophie anarchiste, Pierre Kropotkine présente en 1885 son diagnostic pour l’époque contemporaine : « Si la révolution s’impose dans le domaine économique, si elle devient une impérieuse nécessité dans le domaine politique, elle s’impose bien plus encore dans le domaine moral. (…) Les relations de plus en plus fréquentes qui s’établissent aujourd’hui entre les individus, les groupes, les nations, les continents, viennent imposer à l’humanité de nouvelles obligations morales ». Il me semble que, pour l’auteur, la possibilité de réalisation des idées anarchistes tient justement à ces relations de plus en plus fréquentes à travers les frontières. Pourtant, qu’est-ce qui est lié par de telles relations ? Qui supporte ces nouvelles obligations ? La réponse, me semble-t-il, se trouve dans l’évolutionnisme, que Kropotkine présente en sujet révolutionnaire contre le colonialisme. L’évolutionnisme a été une des théories principales parmi les anarchistes de cette époque. Mon projet est donc de mettre au clair un élément central de la philosophie libertaire des années 1880-1914, l’évolutionnisme, imaginé par Pierre Kropotkine, dont les oeuvres ont eu la plus large influence sur le monde anarchiste de l’époque. Alors qu’avant cette période la philosophie anarchiste s’articule sur la théorie dialectique pour saisir le devenir du monde, Kropotkine et les autres anarchistes la remplacent par l’évolutionnisme. La transformation qu’opère Kropotkine du principal facteur philosophique de l’anarchisme aboutit à la découverte de la notion de « vie » en tant que principe du devenir toujours déjà existant dans la multiplicité, non seulement en Europe, mais dans toutes les régions du monde.
Je voudrais d’abord comparer On the Origin of Species de Darwin avec l’oeuvre principale de Kropotkine, dans laquelle ce dernier systématise sa conception de l’évolutionnisme : Entr’aide : un facteur de l’évolution, ouvrage qui constitue une lecture fidèle du précédent. On the Origin of Species et Entr’aide débutent tous deux par une description de voyage hors de l’Europe. D’une part, l’expérience et les observations poursuivies à bord du navire « Beagle » ont permis à Darwin de remettre en question le système de taxonomie en vigueur dans une Europe où régnait encore le créationnisme, autrement dit la croyance dans l’invariabilité de chaque espèce, excluant du champ du savoir biologique l’élément temporel et la possibilité des divergences. La diversité du vivant dans sa distribution géographique ne pouvant être comprise par la taxonomie classique, Darwin formula sa propre théorie de l’évolution dans On the Origin of Species : une connaissance généalogique de la vie, introduisant dans la connaissance du vivant la divergence à travers le temps. Pour sa part, Kropotkine appuya sa théorie sur des observations pratiquées en Sibérie et en Mandchourie, où il découvrit la diversité des animaux qui parviennent à subsister au sein d’une nature extrêmement sévère. De la conservation de cette diversité sous de telles conditions, deux causes sont données : les migrations, d’une part, opérées par les animaux pour éviter le manque de nourriture et chercher un milieu plus favorable, à travers un territoire extrêmement vaste sans frontière artificielle ; d’autre part la coopération ou la sociabilité permettant aux vivants de survivre et de se diversifier malgré la dureté des conditions naturelles : selon les termes de Kropotkine, l’Entr’aide. Pour le dire autrement, Darwin et Kropotkine rencontrent tous deux la diversité du monde hors d’Europe et proposent une théorie de la connaissance permettant de saisir le devenir de la multiplicité au sein du vivant, qui ne saurait être réduit aux classifications de la taxonomie classique propre à l’Europe. Par ailleurs, l’un et l’autre interdisent toute hiérarchisation du vivant en comprenant l’évolution comme un processus contingent et sans fin. Je voudrais indiquer certains points communs à Darwin et à Kropotkine concernant l’explication des transformations du vivant.
Pour Darwin, la transformation du vivant (ou évolution, mais il n’utilise pas ce mot) est provoquée par accumulation de variations légères opérant sur les caractères individuels à travers une temporalité immense. Ce processus de variation individuelle entraîne graduellement une divergence de variété, puis d’espèce. La sélection naturelle, concept original formé par Darwin contre la taxonomie classique fondée sur le créationnisme, désigne une action opérant au sein de cette divergence sans recours à l’intervention d’un être transcendant. Son dynamisme est produit par l’ensemble des relations mutuelles entre les vivants. Autrement dit, certains individus sont sélectionnés du fait des variations qu’ils présentent, qui leur permettent de survivre par rapport à d’autres individus. Au cours de la sélection, les variations divergent pour engendrer de nouvelles espèces. Darwin appelle « lutte pour l’existence » l’action sélective provoquée par l’insuffisance des ressources alimentaires dans les relations mutuelles au sein du vivant. La sélection naturelle est donc un procès contingent sans fondement transcendant ni téléologie. En effet, la variation est contingente et le survivant de la « lutte pour l’existence » n’est déterminé que par la dynamique des relations accidentelles entre ceux qui vivent dans certaines conditions naturelles. Dans l’argumentation de Darwin, Kropotkine s’attache à l’enjeu impliqué par la « lutte pour l’existence » en tant que relation entre les vivants, sélectionnant ceux d’entre eux qui sont destinés à survivre. Kropotkine, comme on le sait, affirme en effet que l’entr’aide est un facteur d’évolution supérieur à la lutte pour l’existence. Cette théorie est toutefois une forme élargie de celle de Darwin. Kropotkine le suggère lui-même, dans le premier chapitre de l’Entr’aide, en distinguant l’évolutionnisme darwinien du darwinisme social. Il réfute le darwinisme social, pour la raison qu’il applique à la compétition économique l’expression de « lutte pour l’existence » en prenant le terme de « lutte » littéralement, dans son sens le plus étroit. En fait, Darwin explique lui-même qu’il emploie, par commodité, le terme de « lutte pour l’existence » au sens métaphorique afin d’exprimer l’ensemble des « relations mutuelles de dépendance des êtres organisé ». L’expression de « lutte pour l’existence » représente aussi bien la relation de dépendance entre le gui et le pommier que la « lutte » entre un parasite et son hôte.
Afin d’élargir la portée du concept de « lutte pour l’existence », comprise comme l’action des relations mutuelles des vivants, Kropotkine introduit le concept « d’entr’aide », c‘est-à-dire, la coopération ou la sociabilité du vivant, autour de ces « relations mutuelles de dépendance des êtres organisés ». Ce que Kropotkine nomme « entr’aide » est donc une relation mutuelle qui rend possible de survivre et de maintenir l’accumulation des variations légères en chaque individu . Selon lui, la vie en société, coopération ou sociabilité, est l’arme la plus puissante dans la lutte pour la vie au sens le plus large. L’action de l’entr’aide, ajoute-t-il, peut être perçue à tous les niveaux de la vie, du microbe jusqu’à l’organisme le plus complexe. Le principe d’entr’aide explique la diversité du vivant à travers le monde entier : les vivants dans la vie sociale peuvent se garder contre la dureté des conditions naturelles, se diversifier en conservant leurs variations individuelles et s’adapter au nouveau milieu. En outre, cette diversité n’établit pas une hiérarchie, parce que l’action des relations mutuelles et des variations, de même que dans la théorie de Darwin, opère de manière contingente sans être prédéterminée dans une certaine direction. Ainsi chaque espèce, à n’importe quel niveau de complexité organique, peut-elle obtenir, de manière variée, un caractère qui la rend propre aux conditions où elle vit. Même un organisme simple peut se diversifier et s’adapter sous l’effet de l’entr’aide. L’apparente complexité de la structure organique ne permet donc pas de juger le degré de la supériorité du vivant. L’humain ne se situe pas nécessairement au sommet hiérarchique de l’évolution. Kropotkine décentralise, pour ainsi dire, la hiérarchie de la diversité au sein du vivant, dont il affirme la multiplicité. Par ailleurs, contrairement à l’opinion commune qui veut que l’anarchisme croit au caractère fondamental du Bien, à l’Etre ou à l’Individu, l’entr’aide ne constitue pas la substance de la vie, mais seulement une relation dynamique et contingente entre les vivants, toujours antérieure à l’individualité, qui forme l’individu et en conserve la variation. On pourrait voir ici une conscience du temps propre à Kropotkine, un conservatisme refusant l’essentialisme. L’organisme capable de créer un nouveau caractère et de se diversifier est celui qui parvient à conserver cette relation mutuelle, telle que l’entr’aide, qui existe depuis la vie la plus primitive. Même l’organisme en son apparence ancienne et simple peut s’adapter et prospérer grâce au principe de l’Entr’aide. En bref, la conservation de l’antériorité aboutit à la création d’un ensemble nouveau d’états postérieurs et à une diversité accrue. Dans la théorie de Kropotkine, la multiplicité est toujours rendue possible par le retour de l’antériorité. L’importance de l’antériorité dans l’évolution apparaît de manière encore plus significative dans la deuxième moitié de l’Entr’aide, où Kropotkine traite du monde humain. La formule est fameuse : « L’homme n’a pas créé la société : la société est antérieure à l’homme ». La deuxième moitié de l’Entr’aide décrit la multiplicité de la forme sociale égalitaire dans l’ensemble du monde contemporain. Celle-ci se réalise en conservant et en développant le principe d’entr’aide comme antériorité. L’expression « survivre encore » est plusieurs fois répétée. Il s’agit là des sociétés égalitaires qui précèdent l’Etat et survivent encore jusqu’à nos jours. Le mot d’Etat, pour Kropotkine, désigne plutôt l’Etat moderne, dispositif qui commence à se construire au XVIe siècle pour régler le capitalisme en garantissant le droit de propriété. Il est donc un produit récent dans l’histoire et propre à l’Europe. La question est de savoir ce qui l’a précédé et existe encore, réellement et diversement, dans le monde. Ainsi, se fondant sur des travaux pionniers de l’anthropologie tels que les œuvres de Lewis Henry Morgan, Edward Taylor, Bachofen…, Kropotkine décrit la société primitive telle qu’elle survit en dehors de l’Europe. Diverses formes égalitaires y sont reconnues : le système de partage équitable des richesses, le clan soutenu par des systèmes de parenté complexes, des formes de redistribution telle que potlatch, etc. La notion d’entr’aide permet de synthétiser toutes les structures de la société primitive qui excluent l’inégalité politique et économique. Kropotkine décrit également les diverses formes d’entr’aide qui, à l’intérieur des Etats modernes autoritaires de l’Europe contemporaine, aujourd’hui, continuent à survivre et à renaître en opposition au capitalisme, à travers diverses formes : communautés de village, coopération agricole dans sa forme moderne, associations diverses, syndicalisme, clubs de labeur, associations de soutien mutuel, etc. Ces formes sociales diverses se conservent ou renaissent contre l’unité du capitalisme et de l’Etat, telle qu’elle se déploie non seulement en Europe mais aussi à l’extérieur de l’Europe, ajoute Kropotkine. La scène décrit en somme une nature et des sociétés que l’on rencontre seulement sous le colonialisme, entendu comme gouvernementalité excédant l’Europe – l’enquête même de Kropotkine en Sibérie et en Mandchourie n’a été rendue possible que par l’expansion territoriale de la Russie. Ces sociétés présenteraient une antériorité que le colonialisme oppresse, mais susceptible de conservation et de résistance. On peut dire que Kropotkine prend pour enjeu la coexistence de la multiplicité des formes sociales égalitaires dans l’antériorité du colonialisme.
Au bout du compte, je voudrais situer la théorie de Kropotkine dans l’histoire des idées, afin d’en éprouver la valeur en tant que problématique alternative au colonialisme. Une comparaison s’impose avec l’histoire du darwinisme social. L’un et l’autre, en effet, me semblent ressortir du bouleversement épistémologique décrit par Michel Foucault dans les Mots et les Choses. En introduisant le facteur du temps dans la connaissance de la vie, contre la taxonomie et le créationnisme, Darwin brisa le cadre fermé et statique des classifications établies sur le principe de l’invariabilité des espèces. Foucault a montré que l’origine de cette transformation épistémologique autour de la vie trouve son origine dans l’anatomie comparée de Cuvier au début du XIXème siècle. C’est alors, dit-il, qu’une « histoire » de la nature s’est substituée à l’histoire naturelle comme taxonomie. La rupture de ce cadre a permis la découverte d’une historicité propre à la vie, en même temps qu’elle faisait apparaître la finitude de l’homme, être dominé par le travail, la vie et le langage. Je me limiterai ici au problème du savoir biologique. Dans cette « histoire » de la vie que décrit l’évolution, l’homme réside parmi les animaux à la fois comme espèce privilégiée, ordonnatrice, située à l’ultime extrémité d’une longue série évolutive, et comme une espèce semblable à toutes les autres qui doit s’achever indéfiniment sur la voie de l’évolution. L’homme apparaît comme un être instable et inquiétant qui, dans l’histoire de la vie, se trouve en recul par rapport à son origine animale en même temps qu’il ne peut arriver à sa fin. Peut-on dire que la controverse religieuse et morale soulevée autour du darwinisme dans la deuxième moitie du XIXème siècle est un symptôme de cette inquiétude vis-à-vis de l’homme ? C’est en effet la position de l’humain qui constituait l’enjeu, dans la mesure où la théorie de Darwin niait le privilège accordé à l’Homme par le créationnisme chrétien. Dans cette controverse, la plupart des darwinistes sociaux, comme Herbert Spencer, ont affirmé le caractère téléologique de l’évolution, tendue vers l’humain et, dans le monde humain, vers la suprématie de la race européenne ou de l’homme européen. Une telle hiérarchisation du procès d’évolution s’oppose en fait à la théorie de Darwin qui n’assigne aucun but aux divergences biologiques et ne laisse à l’homme qu’un statut relatif parmi les autres espèces. En orientant le cours du temps en direction de la fin de l’homme, me semble-t-il, le darwinisme social a pour rôle de voiler l’inquiétude dont la position de l’homme fait l’objet. Contre une telle conscience du temps arc-boutée sur l’Europe, Kropotkine insiste pour décrire la multiplicité du vivant humain qui coexiste et se diversifie, non pas au sein de la temporalité européenne, mais dans le monde entier, Europe comprise. Prenons un autre exemple de darwiniste social : Gustave Le Bon a lui aussi voyagé en Asie, en Afrique du Nord et laissé des études anthropologiques. Dans Psychologie des foules, la barbarie, la folie, le crime, la foule, et l’anarchie sont rangées dans la même série négative des symptômes de la société. Pour Le Bon, ces situations doivent être surmontées par la civilisation européenne. La théorie kropotkinienne de l’évolution inverse complètement l’argument par lequel Le Bon prône une sorte de colonialisme civilisateur. Dans la Science moderne et l’anarchie, ouvrage qui offre une synthèse de sa philosophie des sciences, Kropotkine reformule la thèse de l’entr’aide, dont il montre que le sujet est la « foule » sans nom : « …les usages et les coutumes que l’humanité créait dans l’intérêt de l’entr’aide, de la défense mutuelle et de la paix en général furent élaborés précisément par la « foule » sans nom », « …tout le long de l’évolution humaine, cette même force créatrice de la foule anonyme a toujours élaboré de nouvelles formes de la vie sociétaire, d’entr’aide, de garanties de la paix ». D’ailleurs, pour Kropotkine, cette foule est le sujet révolutionnaire permanent et crée, d’une manière indéfiniment variée, de nouvelles formes égalitaires contre l’Etat. Au commencement de cette intervention, j’ai posé certaines questions quant au diagnostic que Kropotkine portait sur les relations mondiales en train de se développer : qu’est-ce qui est lié par ces relations ? Qui est-ce qui supporte ces nouvelles obligations ? Il me serait maintenant possible d’y répondre : c’est la foule en tant qu’instance d’entr’aide, que le savoir colonialiste renvoie à la négativité afin de mieux l’oppresser.

Conclusion
Les éléments que j’ai extraits de la théorie de Kropotkine, c’est-à-dire, l’entr’aide comme ensemble des relations mutuelles de contingence ou la conscience du retour de l’antériorité, s’opposent profondément à la conception que les darwinistes sociaux se sont formée du temps, laquelle s’articule sur l’Europe. La « foule », déjà toujours existante, ne cesse de diverger et sa diversité même crée une société égalitaire multiple : mouvement que le progressisme colonialiste s’efforce de réprimer, du fait qu’il ne peut concevoir l’évolution autrement qu’en tant que hiérarchie, ramenant à la seule dimension de l’Europe les multiples tendances des sociétés du monde. Contre ce cadre épistémologique qui place « l’Homme » au sommet de la hiérarchie de l’évolution, la théorie de Kropotkine prétend saisir la coexistence des différents moments dans l’ensemble du monde. A ce titre, elle veut relier entre elles, par des formes de résistance alternative, les sociétés opprimées et régies par le colonialisme. On pourrait dire que la théorie de Kropotkine fournit une problématique alternative à la première mondialisation : elle est une autre manière de concevoir la multiplicité dans le monde. Cette théorie peut en effet sembler fruste, par comparaison avec la rigueur du marxisme, autre théorie de résistance à la même époque. Pourtant elle s’inscrit dans une conception multilinéaire de l’histoire pour préserver la multiplicité qui survit dans le monde : ce qu’exclut le marxisme, fondé sur une histoire linéaire tendue vers la société communiste. La problématique de la théorie de Kropotkine ne prend-elle pas une actualité nouvelle, de nos jours où la violence de la mondialisation est partout de plus en plus sensible ?
Yusuke Katakura
Actualité de l’évolutionnisme anarchiste de Kropotkine / 16 octobre 2011
Texte publié sur Ici et ailleurs
Lire ou voir également :
les Anarchistes, une tradition révolutionnaire et philosophique / Daniel Colson

Nestor Makhno / Hélène Châtelain
Y a-t-il moyen de soustraire la pensée au modèle d’Etat / Gilles Deleuze et Félix Guattari in Mille Plateaux
Pour un nouvel anarchisme / René Schérer
karlwaldmann2.jpg




boumboumjames |
femmeavenirhomme |
Toute une vie... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Warhol l'avait dit...un qua...
| juliette66
| les bonnes "occaz" de Murielle