• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 5 avril 2011

Archive journalière du 5 avr 2011

Biopolitiques ? / Christiane Vollaire & Valentin Schaepelynck / Chimères n°74

Les termes de biopouvoir et biopolitique ont été créés par Foucault dans le milieu des années soixante-dix : c’est en 1976 qu’ils apparaissent, dans la rédaction parallèle de la Volonté de savoir et du cours au Collège de France Il faut défendre la société. Les deux termes naissent en même temps, à une page d’écart :
« Il faudrait parler de « bio-politique » pour désigner ce qui fait entrer la vie et ses mécanismes dans le domaine des calculs explicites, et fait du pouvoir-savoir un agent de transformation de la vie humaine. »
Une autre conséquence de ce développement du bio-pouvoir, c’est l’importance croissante prise par le jeu de la norme aux dépens du système juridique de la loi.
Ce numéro de Chimères ne souhaite pas faire une exégèse foucaldienne, mais plutôt interroger l’actualité critique et polémique de ces termes, dans cette deuxième décade des années deux mille. C’est-à-dire questionner leur validité pour interpréter et qualifier les rapports contemporains du corps au pouvoir, les lieux de focalisation où s’exerce cette prise sur le corps comme mode d’assujettissement. Et d’abord de façon très concrète.
Mais, si la biopolitique, dans sa dimension normative et régulatrice, désigne bien une sorte de labilité du pouvoir, ou sa plasticité, par opposition à la discipline juridique de la loi, le glissement d’un terme à l’autre chez Foucault produit une autre forme de labilité : l’intériorisation de la norme, qui rend le pouvoir irrepérable. La désignation même du biopouvoir peut dès lors apparaître aussi bien comme un appel à la résistance que comme une assignation au fatalisme. Et sa conceptualisation est parfois devenue, comme le destin de quelques foucaldiens d’origine le laisse voir, un principe d’assujettissement plus efficace que la réalité qu’il décrit. On examinera donc en quoi le concept peut conserver une pertinence accrue, pour faire fonction de « boîte à outils » ; mais aussi en quoi il doit être mis à distance, renouvelé, critiqué, pensé à nouveaux frais. La revue veut ouvrir ces pistes aussi bien à l’analyse théorique qu’à des questionnements très quotidiens et pragmatiques, qui permettent d’affronter, de dénoncer ou de combattre les modes d’assujettissement dont le biopouvoir est porteur.
L’équipe de Chimères, nullement univoque, ne prétend pas faire de ce numéro une machine de guerre monolithique. Tel qu’il est, et avec les manques dont il est porteur, il nous paraît cependant offrir une perspective sur les enjeux contradictoires dont sont vectrices, dans leur dissémination même, les biopolitiques.
Christiane Vollaire et Valentin Schaepelynck
Biopolitiques ? / Extrait de l’édito de Chimères n°74
Parution printemps 2011
bereznechimeres74.jpg




boumboumjames |
femmeavenirhomme |
Toute une vie... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Warhol l'avait dit...un qua...
| juliette66
| les bonnes "occaz" de Murielle