• Accueil
  • > Archives pour février 2010

Archive mensuelle de février 2010

Page 7 sur 8

Zlavoj Zizek / Colloque Puissances du communisme

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

La Coordination des intermittents et précaires doit être relogée / Pétition

La Coordination des Intermittents et Précaires doit être relogée
Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde

À l’été 2003, le mouvement des intermittents et précaires s’opposait massivement à une restructuration de l’assurance-chômage instaurant un principe de capitalisation individuelle des droits sociaux. Profondément excluante et inégalitaire, cette contre- réforme visait à détruire le principe de mutualisation des ressources qui, à travers les annexes 8 et 10 de l’UNEDIC, caractérisait jusque-là l’intermittence.
Les intermittents et précaires font grève dans de nombreux festivals (notamment à Avignon), manifestent, s’invitent sur le plateau du JT de France 2, occupent des ministères, le Medef, l’Unedic… C’est dans ce contexte que le 14 Quai de Charente est obtenu de la Mairie de Paris en novembre 2003. Dans le prolongement de ce refus initial de l’individualisation et de la concurrence de tous contre tous, cet espace est devenu par la force des choses un point d’appui pour diverses formes d’action, de pensée, d’accueil, de fabrication, un lieu de lutte et de convivialité, hors du circuit marchand.
Il abrite des permanences sociales d’information et de défense des droits auxquelles se sont adressés pour l’heure plus de 3000 intermittents, chômeurs et précaires. Autant de pratiques d’entraide à partir desquelles s’engagent des initiatives collectives face aux institutions (CAF, Pôle emploi) et aux employeurs. Dans un contexte d’insécurité sociale croissante, ces permanences permettent de débloquer des centaines de dossiers litigieux, de faire respecter des droits, d’annuler des « indus » et des radiations. En lien avec d’autres collectifs, la coordination contribue à une campagne d’actions qui vise à enrayer la machine à précariser que constituent la mise en place de Pôle emploi et l’instauration du RSA.
Depuis trois ans, une Université Ouverte centrée sur l’analyse du néolibéralisme s’y invente, ainsi qu’une recherche collective, à laquelle ont associés des chercheurs, sur les mutations et les enjeux de l’intermittence et de la précarité. Des films y sont conçus et réalisés. Il abrite également une cantine, des cours de sport, une bibliothèque, des
concerts, des projections, des lectures… Le prix libre et la gratuité sont de principe. De multiples collectifs s’y réunissent, s’y organisent et s’y côtoient : travailleurs sociaux, féministes et anti-patriarcaux, sur le refus de l’enfermement, contre-culturels, de lutte contre le racisme et les discriminations, de résistance à la criminalisation, antifascistes, compagnies de théâtre, revues, media alternatifs…
Alors que les structures syndicales peinent à prendre en compte les besoins et les aspirations d’un précariat en expansion, ce lieu fait figure, mutadis mutandis, de nouvelle Bourse du travail, une maison des précaires – des étudiants aux sans-papiers – où se créent des formes d’auto-organisation.
Ce lieu de coopération sociale, politique, culturelle, est aujourd’hui un creuset d’expériences, de pratiques et de rencontres où des transversalités s’inventent quand tout travaille à établir des séparations.
La Mairie de Paris motive l’expulsion de la coordination par l’aménagement de la ZAC Claude Bernard, au coeur d’un gigantesque projet urbain de 200 hectares qui fait la part belle aux bureaux et aux logements privés et « intermédiaires », réservés aux classes moyennes et aisées. Après avoir proposé deux solutions de relogement qui ne permettaient pas le maintien a minima des activités existantes, la Ville de Paris assigne la Coordination au tribunal. À l’instar des chômeurs menacés de radiation dès lors qu’ils osent refuser deux « offres raisonnables d’emploi », même dans des conditions dégradées et sous-payées, il faudrait, sous la menace d’une expulsion et de lourdes pénalités financières, se montrer, là aussi, raisonnables et accepter des propositions aussi inadéquates qu’impératives.
Dans cette ville de riches où vivent tant de pauvres, la municipalité finance des projets coûteux et de « prestige » tels le 104 rue d’Aubervilliers ou la future Halle Pajol. Mais elle n’aurait ni les moyens ni la place de concéder aux intermittents, aux chômeurs et aux précaires des lieux d’organisation et d’activités ouverts à tous ?
Nous savons qu’il n’en est rien et que c’est affaire de décision politique.
Nous nous opposons à la mise à mort de cette expérience de fabrication et de partage. La coordination des intermittents et précaires ne doit pas être expulsée sans un relogement qui permette le maintien et le développement des activités en cours.
Coordination des intermittents et précaires d’Ile de France
14 quai de la Charente, 75019 Paris, m° Corentin Cariou
http://www.cip-idf.org/
Signez la pétition en ligne :
http://soutien-cipidf.toile-libre.org/
Pour soutenir la coordination des intermittents et précaires, envoyez vos chèques à l’ordre de AIP. Une attestation peut vous être fournie sur demande.
manifintermittent03.jpg

la Divine Comédie / l’Enfer / Chant 1 / Dante Alighieri

Quand j’étais au milieu du cours de notre vie,
je me vis entouré d’une sombre forêt,
après avoir perdu le chemin le plus droit.

Ah ! qu’elle est difficile à peindre avec des mots,
cette forêt sauvage, impénétrable et drue
dont le seul souvenir renouvelle ma peur !

À peine si la mort me semble plus amère.
Mais, pour traiter du bien qui m’y fut découvert,
il me faut raconter les choses que j’ai vues.

Je ne sais plus comment je m’y suis engagé,
car j’étais engourdi par un pesant sommeil,
lorsque je m’écartai du sentier véritable.

Je sais que j’ai gagné le pied d’une colline
à laquelle semblait aboutir ce vallon
dont l’aspect remplissait mon âme de terreur,

et, regardant en haut, j’avais vu que sa pente
resplendissait déjà sous les rayons de l’astre
qui montre en tout endroit la route au voyageur ;

et je sentis alors s’apaiser la tempête
qui n’avait pas eu cesse aux abîmes du cœur
pendant l’horrible nuit que j’avais traversée.

Et comme à bout de souffle on arrive parfois
à s’échapper des flots et, retrouvant la terre,
on jette un long regard sur l’onde et ses dangers,

telle mon âme alors, encor tout éperdue,
se retourna pour voir le sinistre passage
où nul homme n’a pu se maintenir vivant.

Puis, ayant reposé quelque peu mon corps las,
je partis, en longeant cette côte déserte
et en gardant toujours mon pied ferme plus bas.

Mais voici que soudain, au pied de la montée,
m’apparut un guépard agile, au flanc étroit
et couvert d’un pelage aux couleurs bigarrées.

Il restait devant moi, sans vouloir déguerpir,
et il avait si bien occupé le passage,
que j’étais sur le point de rebrousser chemin.

C’était l’heure où le jour commence sa carrière,
et le soleil montait parmi les mêmes astres
qui l’escortaient jadis, lorsque l’Amour divin

les mit en mouvement pour la première fois ;
et je croyais trouver des raisons d’espérer,
sans trop craindre le fauve à la belle fourrure,

dans l’heure matinale et la belle saison ;
mais je fus, malgré tout, encor plus effrayé
à l’aspect d’un lion qui surgit tout à coup.

On eût dit que la bête avançait droit sur moi,
avec la rage au ventre et la crinière au vent,
si bien qu’il me semblait que l’air en frémissait.

Une louve survint ensuite, que la faim
paraissait travailler au plus creux de son flanc
et par qui tant de gens ont connu la détresse.

La terreur qu’inspirait l’aspect de cette bête
me glaça jusqu’au fond des entrailles, si bien
que je perdis l’espoir d’arriver jusqu’en haut.

Et comme le joueur que transportait tantôt
l’espoir joyeux du gain ne fait que s’affliger,
se plaint et se morfond, si la chance a tourné,

tel me fit devenir cette bête inquiète
qui gagnait du terrain et, insensiblement,
me refoulait vers l’ombre où le soleil se tait.

Tandis que je glissais ainsi vers les abîmes,
devant mes yeux quelqu’un apparut tout à coup,
qui, l’air mal assuré, sortait d’un long silence.

Dès que je l’aperçus au sein du grand désert,
je me mis à crier : « Ô toi, qui que tu sois,
ombre ou, sinon, vivant, prends pitié de ma peine ! »

« Je ne suis pas vivant, dit-il, mais je le fus.
J’étais Lombard de père aussi bien que de mère ;
leur terre à tous les deux avait été Mantoue.

Moi-même, je naquis sub Julio, mais tard ;
et je vivais à Rome, au temps du bon Auguste,
à l’époque des dieux mensongers et trompeurs.

J’étais alors poète et j’ai chanté d’Anchise
le juste rejeton, qui s’est enfui de Troie,
quand la Grèce eut brûlé le superbe Ilion.

Mais toi, pourquoi veux-tu retourner vers les peines ?
Pourquoi ne pas gravir cette heureuse montagne
qui sert au vrai bonheur de principe et de cause ? »

« Ainsi donc, c’est bien toi, Virgile, cette source
qui nous répand des flots si vastes d’éloquence ?
dis-je alors, en baissant timidement les yeux.

Toi, qui fus l’ornement, le phare des poètes,
aide-moi, pour l’amour et pour la longue étude
que j’ai mis à chercher et à lire ton œuvre !

Car c’est toi, mon seigneur et mon autorité ;
c’est toi qui m’enseignas comment on fait usage
de ce style élevé dont j’ai tiré ma gloire.

Regarde l’animal qui m’a fait reculer !
Ô fameux philosophe, aide-moi contre lui,
car rien que de le voir, je me sens frissonner ! »

« Il te faut emprunter un chemin différent,
répondit-il, voyant des larmes dans mes yeux,
si tu veux t’échapper de cet horrible endroit ;

car la bête cruelle, et qui t’a fait si peur,
ne permet pas aux gens de suivre leur chemin,
mais s’acharne contre eux et les fait tous périr.

Par sa nature, elle est si méchante et perverse,
qu’on ne peut assouvir son affreux appétit,
car plus elle dévore, et plus sa faim s’accroît.

On la voit se croiser avec bien d’autres bêtes,
dont le nombre croîtra, jusqu’à ce qu’un Lévrier
vienne, qui la fera mourir dans les tourments.

Il ne se repaîtra de terres ni d’argent,
mais d’amour, de sagesse et de bénignité,
et son premier berceau sera de feutre à feutre.

Il sera le salut de cette humble Italie
pour laquelle sont morts en combattant la vierge
Camille avec Turnus, Euryale et Nissus.

C’est lui qui chassera la bête de partout
et la refoulera jusqu’au fond des Enfers,
d’où le Malin envieux l’avait d’abord tirée.

Allons, tout bien pesé, je pense que me suivre
sera pour toi le mieux : je serai donc ton guide ;
nous sortirons d’ici par le règne éternel ;

là, tu vas écouter les cris du désespoir
et contempler le deuil des ombres affligées
qui réclament en vain une seconde mort.

Ensuite, tu verras des esprits satisfaits,
quoique enrobés de feu, car ils gardent l’espoir
d’être un jour appelés au séjour des heureux.

Et si tu veux enfin monter vers ces derniers,
une autre âme plus digne y pourvoira pour moi,
et je te laisserai sous sa garde, en partant,

puisque cet Empereur qui séjourne là-haut
et à la loi duquel je ne fus point soumis
ne veut pas que l’on entre en sa cité par moi.

Il gouverne partout, mais c’est là-haut qu’il règne
et c’est là que l’on voit sa demeure et son trône :
oh ! bienheureux celui qu’il admet près de lui ! »

Lors je lui répondis : « Poète, je t’implore,
pour l’amour de ce Dieu que tu n’as pas connu,
pour me faire échapper à ce mal et au pire,

conduis-moi vers l’endroit que tu viens de me dire,
pour que je puisse voir la porte de saint Pierre
et ceux dont tu dépeins les terribles tourments ! »

Lors il se mit en marche, et je suivis ses pas.
Dante Alighieri
la Divine comédie / l’Enfer / 1304
danteyvirgilioenelinfierno1850.jpg

1...45678



boumboumjames |
femmeavenirhomme |
Toute une vie... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Warhol l'avait dit...un qua...
| juliette66
| les bonnes "occaz" de Murielle