La Jetée / Chris Marker

Image de prévisualisation YouTube
Chris Marker
la Jetée / 1962
avec Hélène Châtelain et Davos Hanich
Récitant Jean Negroni

2 Réponses à “La Jetée / Chris Marker”


  • Ce dont se souvient le narrateur, c’est de sa propre mort mais il ne le sait pas (encore): c’est donc une mise en abîme, toujours vertigineuse, le début contient la fin qui contient le début qui contient la fin et ainsi de suite.
    C’est une façon d’approcher l’infini.
    Quand je lis une histoire en abîme pour la première fois à des enfants de cinq ans, je peux voir à leur stupéfaction et leur joie qu’ils ont bien plongé dans le vide(grand huit pas cher).
    Ce que j’aime là surtout c’est le photo-récit, peu employé par ailleurs. Pas le roman-photo, car il n’y a pas de dialogues, juste le récit du narrateur. Et la voix du récitant. Qui se tient toute seule, sans les photos.
    Ce que j’ai vu récemment et qui s’en approche le plus, c’est le film de Hulot, le syndrôme du titanic. De la science fiction funèbre et esthétisante. Sauf que c’est maintenant. Hi hi !

Laisser un Commentaire




boumboumjames |
femmeavenirhomme |
Toute une vie... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Warhol l'avait dit...un qua...
| juliette66
| les bonnes "occaz" de Murielle