• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 28 septembre 2009

Archive journalière du 28 sept 2009

La hyène de soi / Claro / Chimères n°70

Il dit qu’il est le Réel, non pas ce porc que tu dressas, non pas cette louve que j’acclimatai, rien de tout cela, mais autre chose, un coin de table promu empereur et quand tu passes trop près, paf, dans la hanche il te rentre et ça fait mal, pour l’éviter il faut négocier les angles et pour négocier les angles il faut des négociateurs, ce que visiblement nous n’étions pas. Pour nous, une table était un plan – on croyait, corniauds qu’on était, que ça, oui, suffisait. Eux – eux ! – savaient ce que le bois coûtait et combien de pieds il lui fallait pour que tous les coudes puissent se poser en même temps sur le plateau. Le plateau ! Bien sûr qu’on savait qu’une table était faite de bois et que le feu n’en aurait fait qu’une bouchée. Bien sûr. Mais les évidences nous coulaient entre les doigts comme un sable un peu débile, il faut bien le dire. Ni toi ni moi n’étions guère portés sur la manufacture des choses, c’est un fait. Pas une honte. Mais un fait. Bien ou mal, peu importe. Un fait ne fait pas le printemps : ton adage ou le mien, au choix. Je dis : le choix, mais : pas dupe, ni toi ni moi. Eux savaient. Notre langue même pas commune les jetait dans des baquets d’hilarité où ils s’entre-savonnaient au mieux offrant. Une habitude qu’ils avaient. Et dont nous aurions dû nous méfier, pas vrai ? Quand leur Gêolier est entré dans nos vies, accompagné de singes au crâne rasé – refusés par tous les labos, licenciés par moult zoos –, un malaise certain nous a jetés à terre. J’ai dit : Serre-moi. Tu as dit : Je défaille. (Riez de nos échanges, ils étaient le pain marié au beurre, qui peut en dire autant ?) Quelle tristesse. Ils nous ont tout pris. Jetés aux débris. Sur nous a rejailli tant d’opprobre. D’eaux usées. Bredouillant, nous avons décliné. Et, n’ayant plus d’autre espoir que celui de nous déprécier, nous nous sommes dépréciés. Je t’ai honni, fidèle à ma charte. Tu m’as nié, consciente de tes droits. Ce fut moche. Que dis-tu ? Qu’ai-je cassé qui ne l’était pas déjà ? Déjà pas ? Pas de quoi te mettre dans tous ces états où de toutes façons transiteraient tant de nos semblables, non ? Nous épurer ne signifiait pas nous purifier, notre fleur-de-peauïsme grammatical s’en est vite rendu compte. Ghetto, guignon, guignol : c’est tout un et la langue, hein, la langue est vraiment ce qu’on fait de moins cher en matière d’édifiante déculottée. Le temps, donc, des confidences est venu. Avoue-moi comme en cachette je t’ai, toute de honte bue, avouée. Soyons deux transparences vouées aux mêmes gémonies. Dis-moi que ce que je fus pour toi et ce que tu aurais voulu, à mes yeux d’ignare, être — que l’immensité masculine et l’empyrée féminin de nos doubles convictions installent ici leur sale et retors confessionnal : le moment, venu, nous convie. J’ai cru dire tout haut tout ce que tu as chuchoté tout bas. Combien nous pensions que la langue savait saillir, jaillir et toutes ces roides conneries qui auraient dû édifier plus d’un temple mou mais malléable, adaptable à nos caprices. Ce que nous devions, sou pour sou, pied à pied, aux ondes dû dire. Quel voile chacun tissait, en araignée pécore, dès qu’il s’agissait d’appréhender quoi que ce soit. La façon dont notre glotte ascendait et dévalait le puits de gorge. Pourquoi, malgré nos doléances forcément contradictoires, nous lavions nos chattes dans le même bénitier, et accomplissions tant et tant de génuflexions sur le chemin menant non à la croix mais à ce X où, enfin, se mêlent la merde de nos moi et le fluide de nos cons et glands, quand, pressés de juter un peu d’ineffable on savait s’éloigner soi-même et faire – enfin ! – parler ce qui d’ordinaire et même d’extraordinaire jamais ne parle : je veux parler, tu veux parler, nous voulons parler du Clou. Puisque telle, oui, était notre religion. Le Clou. Et c’est le Clou qu’a charcuté la bête dite Réel. Je dis : charcuter, comme si quelque boucher nous avait convaincus d’aimer le billot où nous, coupables, allonger.
Claro
la Hyène de soi / 2009
publié dans Chimères n°70
pistolettotableaumiroir.jpg




boumboumjames |
femmeavenirhomme |
Toute une vie... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Warhol l'avait dit...un qua...
| juliette66
| les bonnes "occaz" de Murielle